15.10.2020 à 15:51

ThaïlandeManifestants à Bangkok: «Libérez nos amis»

Ils étaient plusieurs milliers rassemblés jeudi soir dans le centre de Bangkok, défiant un décret d’urgence. Plusieurs des célèbres centres commerciaux de la capitale ont été fermés et des militaires ont été déployés autour de bâtiments gouvernementaux.

Plusieurs milliers de manifestants étaient rassemblés jeudi soir dans le centre de Bangkok, défiant un décret d’urgence promulgué dans la matinée pour mettre fin au mouvement de contestation qui ose défier la puissante monarchie.

«Libérez nos amis», ont crié des militants alors que plusieurs leaders du mouvement pro-démocratie ont été interpellés quelques heures plus tôt.

Un policier a lu à la foule, près de 3000 manifestants selon une estimation de l’AFP, le décret d’urgence qui interdit tout rassemblement politique de plus de quatre personnes, expliquant que des actions légales pourraient être engagées.

15 octobre 2020 à Bangkok

15 octobre 2020 à Bangkok

AFP

Plusieurs des célèbres centres commerciaux de la capitale, proches du rassemblement, ont été fermés et des militaires ont été déployés autour de bâtiments gouvernementaux.

«Je prends un risque pour ma sécurité, mais je voulais quand même être là. La foule me protégera», a déclaré à l’AFP Khamin, une étudiante de 20 ans.

«Je suis ici car le premier ministre, un militaire, ne comprend rien à l’économie» du royaume, très tributaire du tourisme et en pleine récession depuis la pandémie de coronavirus, a relevé de son côté Korikat, un ingénieur de 50 ans.

«Engendrer la peur».

Les autorités ont durci jeudi le ton à l’encontre du mouvement pro-démocratie qui défile depuis plusieurs mois dans le pays.

Elles ont promulgué ce décret d’urgence qui, outre l’interdiction de rassemblements politiques, proscrit «les messages en ligne qui pourraient nuire à la sécurité nationale» ou «engendrer la peur».

Le gouvernement a justifié ce tour de vis en évoquant des manifestations «contraires à la Constitution».

Il a aussi dénoncé l’obstruction d’un cortège royal par des contestataires mercredi, en marge d’un rassemblement qui a réuni plusieurs milliers de personnes devant la Maison du gouvernement à Bangkok.

Plus de 20 personnes ont été arrêtées jeudi. Parmi elles, Parit Chivarak dit «Penguin» et Anon Numpa, deux des leaders les plus virulents à l’encontre de la monarchie.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!