Actualisé

GenèveManifestation de soutien à Merck Serono

Quelque 300 personnes se sont rassemblées samedi après-midi devant le siège genevois de Merck Serono à l’appel des employés de la multinationale. Leur but: maintenir au moins une partie des 1250 emplois.

1 / 6
Les manifestants se sont donnés rendez-vous devant le siège genevois de la multinationale.

Les manifestants se sont donnés rendez-vous devant le siège genevois de la multinationale.

Keystone
Keystone
Keystone

Quatre jours après le débrayage d'une heure de 800 collaborateurs, moins de 400 manifestants se sont retrouvés en début d'après-midi devant le siège genevois de Merck Serono. Le cortège s'est rendu sur la place du Molard au centre-ville de Genève.

En chemin, le défilé a provoqué des réactions positives. Tandis que les participants scandaient par exemple "bénéfices records, employés dehors", des badauds ont applaudi. En geste de solidarité, des automobilistes ont aussi actionné l'avertisseur sonore de leur véhicule.

Quelques personnalités politiques ont pris part au défilé. Ce sont notamment le maire de Genève Rémy Pagani ("Ensemble à gauche"), la députée socialiste Anne Emery-Torracinta et le conseiller national socialiste Manuel Tornare.

"Au nom des autorités de la ville de Genève, je vous réitère notre soutien indéfectible dans la lutte que vous menez pour préserver les emplois", a déclaré M. Pagani. Il a estimé que "les autorités cantonales font défaut", considérant "inadmissible" qu'une entreprise bénéficiaire ne soit pas pénalisée lorsqu'elle "licencie massivement".

Trois scénarios

Les manifestants demandent à la direction du groupe d'étudier les trois scénarios qui lui ont été remis lundi par le personnel afin d'éviter la fermeture complète du site de Genève. La direction de Merck Serono a annoncé qu'elle prendra une décision définitive sur le plan de restructuration le 19 juin, après avoir examiné ces propositions.

Le personnel de la multinationale et le syndicat Unia veulent également une augmentation importante des moyens financiers mis à disposition pour le plan social.

Secrétaire syndical Unia Genève, Joël Varone a indiqué à l'ats qu'une assemblée générale du personnel est prévue lundi. Celle-ci va vraisemblablement confirmer le préavis de grève déposé pour mardi.

Groupe de travail

Le Conseil d'Etat avait annoncé mercredi passé la création d'un groupe de travail piloté par le canton de Genève. Cette task force sera composée des représentants des autorités fédérales, du personnel de Merck Serono, des syndicats et des membres du milieu académique issus des sciences de la vie. Les dirigeants du groupe pharmaceutique ont refusé d'y siéger.

Ce groupe sera chargé d'examiner les problématiques relatives à la poursuite des activités sur le site de Genève ainsi qu'au replacement du personnel licencié. La question des quelque 250 sous-traitants, qui ne sont pas inclus dans le plan social prévu par Merck Serono, y sera également discutée.

(ats)

Votre opinion