Sénégal: Manifestation pour la libération de Karim Wade

Publié

SénégalManifestation pour la libération de Karim Wade

Au moins 2500 personnes ont manifesté mardi à Dakar pour demander la libération de Karim Wade, fils et ancien ministre de l'ex-président Abdoulaye Wade, incarcéré pour enrichissement illicite présumé.

Au moins 2500 personnes dans la rue à Dakar pour demander la libération de Karim Wade.

Au moins 2500 personnes dans la rue à Dakar pour demander la libération de Karim Wade.

AFP

Une source policière avait évalué à environ 1200 le nombre de participants au début de cette marche dans les rues de Dakar, organisée par le parti d'Abdoulaye Wade, le Parti démocratique sénégalais (PDS, ex-pouvoir), et surveillée par de nombreux policiers anti-émeutes.

La foule a grossi au fur et à mesure pour atteindre «au moins 2500 personnes» à la fin de la marche, a indiqué à un journaliste de l'AFP une source policière tandis que Ousmane Ngom, un responsable du PDS, a parlé de «milliers» de manifestants, sans en préciser de nombre.

«Libérer les otages politiques et cap sur 2017 (année de la prochaine présidentielle) pour la reconquête du pouvoir», a lancé Ousmane Ngom.

«Libérez Karim»

Plusieurs responsables du PDS, dont plusieurs ex-ministres récemment entendus par la gendarmerie ou la justice dans le cadre d'enquêtes pour enrichissement illicite, étaient également présents.

Ces enquêtes ont été déclenchées par le président Macky Sall, élu en mars 2012 face à Abdoulaye Wade resté au pouvoir de 2000 à 2012.

«Le peuple sénégalais est dans la rue» pour manifester sa colère face au pouvoir du président Macky Sall, selon Mamour Cissé, ex-ministre de Wade.

Les manifestants criaient «Libérez Karim» et portaient des banderoles appelant à la libération du fils Wade, ainsi que des photos d'Abdoulaye et Karim Wade. Ils protestaient aussi contre «la vie chère».

Par crainte d'incidents, plusieurs commerçants avaient préféré fermer boutique sur l'itinéraire de la manifestation.

Karim Wade, 44 ans, a été interpellé le 15 avril, placé en garde-à-vue pendant 48 heures, puis inculpé et incarcéré à la prison centrale de Dakar le 18 avril.

«Acharnement politique»

L'ancien conseiller spécial et «super ministre» de son père pendant son règne de 2000 à 2012 a été inculpé «d'enrichissement illicite» par un juge de la commission d'instruction de la Cour de répression de l'enrichissement illicite, une juridiction spéciale.

Le procureur de cette Cour le suspecte d'avoir acquis de manière illicite divers biens et sociétés d'une valeur totale estimée à plus d'un milliard d'euros, ce que contestent ses avocats.

Le PDS dénonce un «acharnement politique» contre Karim Wade et une «chasse aux sorcières» contre les dignitaires de l'ancien régime.

Ton opinion