13.06.2020 à 14:12

Manifestations contre le racisme dans de nombreuses villes

Suisse

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce samedi en Suisse pour protester contre la discrimination raciale et les violences policières. Il s’agit de la deuxième semaine consécutive de manifestations antiracistes dans le pays suite au décès de George Floyd le 25 mai aux États-Unis.

Des slogans contre le racisme ont retenti dans de nombreuses villes de Suisse samedi. Plusieurs milliers de personnes, vêtues de noir pour la plupart et portant le masque pour certaines, sont descendues dans les rues de Lausanne, Zurich, Berne, Saint-Gall ou Lucerne.

Alors qu'elles étaient plus de 10'000 mardi à Genève, près de 1000 personnes manifestaient samedi en fin d'après-midi contre le racisme et les violences policières à Lausanne. Réunies sur la place de la Riponne, elles répondaient à l'appel du Collectif des associations afro-descendantes de Suisse romande.

Le temps fort aura été le silence de la foule pendant 8 minutes 46 secondes, un genou à terre et un poing levé en hommage à George Floyd et à toutes les victimes de violences policières. Ces minutes faisaient référence à la durée de l’agonie de l’Afro-Américain mort asphyxié sous le genou d’un policier à Minneapolis le 25 mai dernier.

«Stop Racisme», «Nos vies noires comptent» ou encore «No Justice, No Peace», pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les participants pour la plupart vêtus de noir, surtout des jeunes, rassemblés pacifiquement sur la grande place. Le POP, SolidaritéS, Jeunesse Socialiste, le Parti socialiste et Les Verts sont notamment signataires de l'appel du collectif.

La manifestation était autorisée. La place était entièrement bouclée avec des barrières. Une seule entrée était prévue avec obligation de se désinfecter les mains et de porter le masque.

Rassemblement sur la Place fédérale

Contrairement à Lausanne, la manifestation de Berne n'avait elle pas été autorisée. Près de 4000 personnes se sont néanmoins rassemblées en début d'après-midi sur la Place fédérale malgré la pluie. La police a opté pour la tolérance pour éviter les risques d'escalade.

On y entendait des slogans tels que «La vie des noirs compte également». Une certaine excitation s'est fait jour au début de la manifestation, lorsque le jeu d'eau de la Place fédérale s'est soudainement enclenché, surprenant de nombreux manifestants. Aucun débordement n'a été signalé et certains manifestants ont même dansé.

Altercations à Zurich

A Zurich sur les bords de la Limmat, les manifestants étaient presque exclusivement habillés de noir, arborant des pancartes aux slogans tels que «White silence is violence». La police a d'abord tenté de les dissuader de manifester en raison des restrictions dues à la pandémie. Mais elle a finalement fait preuve de compréhension et donné l'autorisation, à condition que tout se déroule pacifiquement.

Les force de l’ordre ont ensuite sécurisé l’événement, mais la situation a dégénéré en marge de la manifestation vers 16h00: des pierres et des bouteilles ont été lancées sur des policiers et plusieurs personnes ont été arrêtées après avoir été aspergées de gaz lacrymogènes. Un policier, blessé au cou par un objet, a dû être transporté à l'hôpital.

Selon la police de la ville, les auteurs étaient des personnes issues de la scène autonome de gauche, participant à la manifestation mais n'ayant rien à voir avec son organisation.

Sous surveillance

A Saint-Gall, plus de mille personnes se sont rassemblées sous le slogan «Black Lives Matter», le tout pacifiquement, selon la police de la ville. A Lucerne, ce sont quelques centaines de personnes qui ont manifesté.

Crise du coronavirus oblige, les participants ont dû laisser leurs coordonnées aux organisateurs. Même si certains ont rejoint librement le cortège, ils ont été comptés au départ.

Selon les règles de la Confédération concernant la pandémie de coronavirus, seuls les rassemblements avec jusqu'à 300 personnes sont autorisés. C'est la deuxième semaine consécutive que la Suisse connaît des manifestations contre la violence policière et le racisme.

Malgré les restrictions dues à la pandémie, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de nombreuses villes européennes ces derniers jours. Le déclencheur en a été la mort de l'Afro-américain George Floyd dans une brutale opération de police aux États-Unis le 25 mai dernier.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!