Corse: Manifestations interdites après des attaques racistes

Publié

CorseManifestations interdites après des attaques racistes

Après les dérapages survenus dans les rues d'Ajaccio, le préfet a décidé d'interdire les manifestations.

Les rues de la ville ont connu deux jours de protestations et dérapages racistes.

Les rues de la ville ont connu deux jours de protestations et dérapages racistes.

Keystone

Le préfet de Corse a pris dans la nuit un arrêté interdisant les manifestations dans un quartier populaire d'Ajaccio, au sud-ouest de l'île française.

L'arrêté, qui prend effet ce dimanche, «durera jusqu'au 4 janvier au moins» et «concerne toutes les manifestations et les rassemblements», a précisé le préfet Christophe Mirmand à l'AFP.

«Il faut que ces comportements cessent, ils altèrent l'image de la Corse», a-t-il ajouté, pointant «des propos choquants et inacceptables qui sont successibles de tomber sous le coup d'incrimination d'incitation à la haine à la xénophobie».

Craintes de nouvelles manifestations

Pour la deuxième journée consécutive, des centaines de manifestants avaient défilé samedi dans plusieurs quartiers populaires d'Ajaccio, aux cris de: «On est chez nous», «Arabes dehors».

Dimanche matin, le calme était revenu dans ce quartier de quelque 450 logements, qui abrite 1700 personnes, a constaté un journaliste de l'AFP. Mais les habitants craignaient de nouvelles manifestations, alors que bruissait la rumeur d'un nouveau rassemblement en début d'après-midi, malgré l'interdiction préfectorale.

Agressions en cascade

Les incidents avaient débuté après une violente agression dans la nuit de jeudi à vendredi contre des policiers et pompiers appelés pour un feu dans le quartier populaire des Jardins de l'Empereur.

Le lendemain, plusieurs centaines de manifestants étaient venus rechercher les auteurs de l'agression avant qu'un groupe se mette à saccager une salle de prière musulmane du quartier.

Ces incidents surviennent dans un climat de tension en France après les attentats djihadistes qui ont fait 130 morts à Paris le 13 novembre.

(ats)

Ton opinion