24.10.2020 à 21:04

FootballManuel Akanji buteur dans un derby de la Ruhr

Tout juste revenu de quarantaine, le Suisse a ouvert la marque pour Dortmund contre Schalke. Le Bayern, lui, a écrasé Francfort.

von
AFP/Sport-Center
Manuel Akanji tout sourire après avoir ouvert la marque pour Dortmund.

Manuel Akanji tout sourire après avoir ouvert la marque pour Dortmund.

Keystone

Le Borussia Dortmund a largement dominé samedi contre Schalke le derby de la Ruhr (3-0), offrant un peu d’air à son entraîneur Lucien Favre, régulièrement sous le feu des critiques.

Le «Big Three» allemand s’est imposé lors de cette cinquième journée, et continue sa lutte en tête: Leipzig, vainqueur 2-1 de l’Union Berlin, mène avec 13 points. Le Bayern, qui a surclassé Francfort 5-0, et Dortmund suivent avec 12 points.

Derrière, le trou est déjà fait: Stuttgart, quatrième provisoire, n’a que 8 points. Au mieux, Augsburg et Brême peuvent revenir à 10 points.

Akanji ouvre la marque

Dans le quasi-huis clos du Signal Iduna Park (300 spectateurs), c’est Manuel Akanji, tout juste revenu de quarantaine après avoir été testé positif au coronavirus lors de son passage avec l’équipe de Suisse, qui a ouvert la marque (1-0, 55e) avant que le Norvégien Erling Haaland (2-0, 61e) ne double la mise pour mettre Schalke à genoux. Mats Hummels, l’autre défenseur central, a placé une tête parfaite sur corner pour le troisième but (3-0, 78e).

Dortmund a mis longtemps à concrétiser sa supériorité évidente, qui lui a permis de museler complètement son adversaire. Dans les buts du Borussia, Roman Bürki n’a presque rien eu à faire, Schalke n’a cadré aucun tir en 90 minutes. Les hommes de Manuel Baum se sont contentés de repousser avec discipline et courage les vagues jaunes successives, jusqu’à ce qu’Akanji ne fasse céder la digue, à la conclusion d’une combinaison d’école sur corner.

Favre un peu plus tranquille

Cette victoire va sans doute calmer, pour quelques jours au moins, les critiques envers le coach du BVB Lucien Favre, de nouveau sur la sellette cette semaine après une prestation sans âme en Ligue des champions à Rome contre la Lazio (défaite 3-1).

Depuis deux saisons, les commentateurs lui reprochent son incapacité à insuffler à l’équipe la flamme et la combativité nécessaires au plus haut niveau. Les dirigeants le soutiennent, mais le débat rebondit à chaque match raté des jaune et noir, dont le talent individuel est, il est vrai, plus évident que la force de caractère.

Dur pour Schalke

Schalke reste désormais sur 21 rencontres consécutives sans victoire en Bundesliga (à cheval sur deux saisons) et stagne avec un seul point à la 17e et avant-dernière place, à des années-lumière des ambitions de leurs dirigeants il y a encore un an.

Après cinq journées, les «bleu roi» ont encaissé 19 buts et n’en ont marqué que deux, malgré un changement d’entraîneur après deux journées seulement. Ce pilier historique du football allemand est désormais condamné à lutter pour son maintien dans l’élite.

Le Bayern: 4,4 buts par match

Le Bayern, de son côté, a atomisé Francfort (avec Steven Zuber jusqu’à la 45e et Djibril Sow dès la 74e) 5-0, portant son total de buts à 22 après cinq journées, dont dix pour le seul Robert Lewandowski, auteur d’un triplé.

La manière dont les Bavarois marchent sur leurs adversaires fait peur. Elle est dans le droit fil de leur phénoménale fin de saison dernière, conclue par un triplé coupe/championnat/Ligue des champions.

Ils tiennent une moyenne de 4,4 buts par match en championnat (malgré leur seul faux pas, défaite 4-1 à Hoffenheim fin septembre). Et n’ont pas faibli en Ligue des champions, où ils ont corrigé l’Atlético Madrid mercredi 4-0.

«Le Bayern ne bat pas ses adversaires, il les anéantit», avait lâché, désabusé, le patron du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke au mois d’août. Sa phrase risque de devenir proverbiale.

Lewandowski sur une autre planète

Quant à Lewandowski, il marche sur l’eau: son compteur affiche 10 buts (record absolu en Bundesliga après cinq journées), soit déjà un quart du total historique des 40 réalisations du légendaire Gerd Müller, établi en 1971-72.

«Il joue en ce moment à un autre niveau», a dit de lui après le match son coéquipier Jérôme Boateng, «il est incroyablement dangereux, il est bon du droit, du gauche, de la tête, actuellement il est l’un des meilleurs joueurs du monde».

Le Polonais de 32 ans, lui, s’est contenté de répéter au micro de Sky le mantra des joueurs du Bayern: «Peu importe contre qui on joue, nous voulons toujours montrer notre meilleur football, nous voulons toujours gagner», avant d’ajouter: «Battre des records en Bundesliga n’est pas un objectif pour moi, il faut penser que nous avons une saison longue et difficile, avec aussi la Ligue des champions et la coupe».

Davies gravement blessé

Après sa sortie à la 68e minute, Leroy Sané (4-0, 72e) et le jeune Jamal Musiala (5-0, 90e) ont continué la fête.

Seul bémol pour les Munichois, la sortie sur blessure dès la deuxième minute du jeune prodige canadien Alphonso Davies. Sans aucun contact avec un adversaire, le défenseur de 19 ans s’est tordu une cheville, et pourrait être absent six à huit semaines, selon son entraîneur Hansi Flick.

Upamecano sauve Leipzig

Dans les autres matches, le leader Leipzig a été pris à contre-pied par le Hertha Berlin en début de match. Alors qu’il dominait nettement, le RB a encaissé en contre un but du Colombien Jhon Cordoba dès la 9e minute.

Mais le défenseur central international français Dayot Upamecano a remis les siens dans le sens de la marche deux minutes plus tard. Leipzig a ensuite dû attendre la 77e minute et un penalty de Sabitzer pour une faute de Cordoba dans la surface pour prendre l’avantage 2-1, et conserver son fauteuil de leader.

Mönchengladbach a souffert pour aller s’imposer sur le terrain de Mainz 3-2 (1-2). Avec Yann Sommer, Nico Elvedi et Breel Embolo (jusqu’à la 72e), le Borussia a marqué le but de la victoire à la 83e minute grâce à Matthias Ginter. Gladbach pointe désormais à la 5e place.

Enfin, Union Berlin et Freiburg ont fait match nul 1-1 (1-1).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé