Euro 2020 - Manuel Akanji: «Le match le plus important est toujours le suivant»
Publié

Euro 2020Manuel Akanji: «Le match le plus important est toujours le suivant»

Le défenseur central de l’équipe de Suisse s’apprête à défier l’attaque qui est, sur le papier, l’une des plus terrifiantes de ce Championnat d’Europe.

par
Robin Carrel
(Bucarest)
Le joueur de Dortmund Manuel Akanji.

Le joueur de Dortmund Manuel Akanji.

AFP

Manuel Akanji sera un homme scruté, lundi soir à Bucarest, en 8es de finale de l’Euro 2020. Il aura face à lui quelques-uns des meilleurs attaquants du monde. Le défenseur du Borussia Dortmund s’est présenté serein devant la presse samedi, au sortir d’un entraînement à huis clos dans le presque tout neuf Stadionul Steaua de Bucarest.

Manuel, lundi, vous devrez faire face à Mbappé, Griezmann ou Benzema... Qu'est-ce que ça représente pour vous?

Évidemment, ce sont de très, très bons joueurs. Tout les gens qui regardent le foot le savent. Mais si vous défendez ensemble, que vous jouez ensemble, il est possible d'essayer de se mesurer à eux. Pour ce faire, il faudra qu'on joue à notre maximum.

Votre défense à trois défenseurs centraux sera la bonne pour contrer cet adversaire?

Oui, j'espère que ça marchera pour cette partie. Je ne peux pas le dire maintenant, parce que le match, c'est lundi et j'espère qu'on sera alors au top. On croit en notre système et j'espère que ça fonctionnera.

La Suisse progresse, mais il y a toujours ce plafond de verre des 8es de finale...

Notre but est de le franchir. De devenir les premiers à passer au tour à élimination directe suivant pour la première fois depuis si longtemps. On va donner tout ce qu'on a et on verra, après 90 minutes ou plus, si on aura réussi à le faire.

Pourquoi feriez-vous mieux contre la France que lors de la défaite contre l'Italie?

Rien n'est jamais facile. Mais on a déjà battu de grosses équipes, il ne faut pas l'oublier. Contre les Italiens, beaucoup de choses n'ont pas fonctionné. Ça, on l'a analysé et on a vu qu'on avait mieux fait les choses contre la Turquie. Ce n'était pas le même adversaire, mais il y a beaucoup de choses que nous avions réussi à améliorer. Pour la prochaine partie, il faudra faire encore mieux. Gommer aussi les erreurs qu'on a faites contre les Turcs, par exemple.

La France sort d'un nul contre le Portugal. Est-ce le bon moment de l'affronter?

Je crois qu'on s'en fiche un peu de ce que les Français ont fait lors de leur dernier match. Dans le football, le match le plus important est toujours le suivant. On va se préparer à tout, ils vont certainement réagir et vont tout donner eux aussi.

Les Bleus ont des problèmes de blessés, notamment au poste d'arrière-gauche. C'est là qu'il faudra appuyer?

On ne sait pas encore qui occupera ce poste. On verra qui sera titularisé. Peut-être que ce sera un élément qui n'a pas tellement l'habitude de jouer là! Mais on n'est pas à l'abri qu'il fasse un grand match non plus. On verra qui jouera, comme on verra quel match il va faire. C'est dur de dire aujourd'hui par où il faut passer, tel côté ou l'autre... Ça dépend aussi de comment les choses se passent.

Participe à l’Euro Game

Plus de 200’000 prix instantanés d’une valeur totale de plus de 600’000 francs sont à gagner dans le cadre du concours de Denner et de «20 minutes». Avec, comme prix principal, un an d’achats gratuits chez Denner. Retrouve ici toutes les infos pour participer.

Votre opinion