Football: Manuel Akanji va devoir regagner sa place
Publié

FootballManuel Akanji va devoir regagner sa place

Nico Elvedi et Timm Klose formaient la charnière victorieuse face à la Belgique en novembre. La Suisse, c'est nouveau, a de la ressource en défense centrale.

par
Tim Guillemin
Zurich
Manuel Akanji: «Je donne tout à l'entraînement, je suis à fond en sélection comme en club.»

Manuel Akanji: «Je donne tout à l'entraînement, je suis à fond en sélection comme en club.»

Keystone

De la sensationnelle victoire 5-2 face à la Belgique en novembre, on retient quatre mois après principalement le hat-trick de Haris Seferovic. Peut-être était-ce le côté inattendu de la performance de l'avant-centre de l'équipe de Suisse qui a marqué les suiveurs de l'équipe nationale, mais force est de constater que les autres enseignements de la soirée sont passés loin derrière ces trois buts du droit, du gauche et de la tête.

Il y a pourtant bien d'autres choses à tirer de cette soirée magique à Lucerne, dont le changement tactique gagnant de Vladimir Petkovic en cours de première période ou le match de patron de Ricardo Rodriguez sur son côté gauche. Et il y a la performance de la défense centrale, aussi.

Toujours l'esprit d'équipe

Tout avait pourtant bien mal commencé avec ce contrôle affreux de Nico Elvedi, qui a offert l'ouverture du score à la Belgique après deux minutes de jeu à peine, et il faut rappeler ici que la charnière était composée de Nico Elvedi et de Timm Klose ce soir-là. Trois jours après la défaite face au Qatar (0-1), la Suisse craignait pour sa solidité défensive face à Eden Hazard et Dries Mertens, mais les deux hommes ont été très convaincants... au point que la double absence de Fabian Schär et de Manuel Akanji n'avait pas posé de problème au final. Un vrai luxe.

Manuel Akanji le sait, il va devoir «regagner» sa place, même s'il est plutôt performant avec le Borussia Dortmund. «Je suis toujours dans cet état d'esprit, rien n'est acquis pour moi. Je donne tout à l'entraînement, je suis à fond en sélection comme en club», a-t-il assuré ce mardi à Zurich lors du deuxième jour de stage de l'équipe de Suisse.

Sa Coupe du monde brillante et son statut de cadre à Dortmund ne lui ont pas fait perdre son esprit d'équipe: «Je suis simplement heureux d'être là, de retour avec mes coéquipiers. Ceux qui seront sur le terrain l'auront mérité, ce sera le choix de l'entraîneur.»

Des problèmes de riche

Il arrive parfois que les premiers jours de stage en sélection soient l'occasion pour des joueurs de souffler un peu, assurés qu'ils sont de jouer. Manuel Akanji assure que ce n'est pas le cas et pour une fois, la Suisse a des problèmes de riche en défense centrale où Nico Elvedi, Fabian Schär et lui-même sont performants en club.

Cela n'a pas toujours été le cas, y compris dans un passé récent. Vladimir Petkovic a déjà dû composer avec des éléments ne jouant plus du tout dans leur club comme Fabian Schär ou Johan Djourou, et globalement tout s'était toujours très bien passé. Aujourd'hui, la situation est tellement optimale que la Suisse pourrait même débuter avec trois défenseurs centraux juste parce qu'ils sont en forme et en confiance. Une vraie nouveauté.

Et la nécessité pour Vladimir Petkovic d'effectuer de vrais choix, plus seulement de mettre «par défaut» les joueurs valides sur le terrain.

Votre opinion