Publié

SondageManuel Valls attendu sur le chômage avant tout

Sept Français sur dix estiment que l'inversion de la courbe du chômage doit être une des deux priorités du nouveau premier ministre.

1 / 16
Poignée de main entre Jean-Marc Ayrault, premier ministre sortant, et son successeur Manuel Valls (1er avril 2014).

Poignée de main entre Jean-Marc Ayrault, premier ministre sortant, et son successeur Manuel Valls (1er avril 2014).

AFP
Après la défaite du Parti socialiste aux élections municipales, François Hollande a nommé Manuel Valls comme nouveau premier ministre. (31 mars 2014)

Après la défaite du Parti socialiste aux élections municipales, François Hollande a nommé Manuel Valls comme nouveau premier ministre. (31 mars 2014)

AFP
Entré au Parti socialiste en 1980, à 17 ans, Manuel Valls devient le conseiller en communication du premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2002.

Entré au Parti socialiste en 1980, à 17 ans, Manuel Valls devient le conseiller en communication du premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2002.

AFP

La réduction des impôts des particuliers est la deuxième des priorités les plus citées dans ce sondage Ifop pour «Le Journal du dimanche». Elle demeure cependant loin derrière la réduction du chômage, avec 34% des réponses contre 69%.

L'économie est au cœur des préoccupations puisque vient ensuite la négociation avec la Commission européenne d'un délai de réduction des déficits publics (22%). La lutte contre la délinquance, elle, n'est citée que par 18% des sondés.

Le chômage a encore augmenté fortement en février avec 31'500 demandeurs d'emploi de catégorie A supplémentaires pour atteindre un nouveau record à 3'347'700 chômeurs sans aucune activité. Le président de la République, François Hollande, avait promis dès son arrivée au pouvoir en mai 2012 d'inverser la courbe du chômage, mais il a déjà dû repousser son objectif à 2013 puis à cette année.

Bruxelles s'oppose à un délai

Manuel Valls prononcera mardi devant les parlementaires un discours de politique générale dans lequel il devrait esquisser les mesures du pacte de responsabilité. Le chef de l'Etat mise sur ce dernier pour faire repartir la croissance et l'emploi avec 10 milliards d'euros de baisse de charges pour les entreprises.

François Hollande a annoncé en début de semaine qu'il lui ajouterait un pacte de «solidarité», qui devrait porter sur une baisse d'impôts pour les ménages d'ici 2017 et une réduction des cotisations salariales pour les bas salaires.

Alors que le gouvernement cherche comment financer ces mesures tout en réalisant 50 milliards d'économies, un délai a été demandé à la Commission européenne pour atteindre les objectifs de réduction des déficits publics. Toutefois, pour l'instant, Bruxelles s'y oppose.

Mode d'emploi

Le sondage a été réalisé par téléphone du 4 au 5 avril auprès d'un échantillon de 969 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité a été assurée par la méthode des quotas.

(ats)

Votre opinion