Publié

athlétisme,PREVMarathon de New York: Mutai vise la passe de trois (PRESENTATION)

Au coeur de Central Park, dimanche (à partir de 13h10 GMT), à New York, le Kényan Geoffrey Mutai va tenter de devenir le troisième homme à remporter trois fois de suite le prestigieux marathon de "Big Apple".

Vainqueur en 2011 et 2013 --l'édition 2012 avait été annulée à cause de l'ouragan Sandy--, Mutai a déçu lors de sa dernière apparition sur la distance, à Londres, où il a terminé à la 6e place, loin du vainqueur, Wilson Kipsang. Son compatriote et partenaire d'entraînement sera d'ailleurs son principal rival dans sa tentative d'imiter les Américains Alberto Salazar et Bill Rodgers, invaincus à New York, respectivement de 1980 à 1982 et de 1976 à 1979. Rodgers est le seul coureur à avoir remporté quatre fois le marathon de New York. Kipsang va lui découvrir le parcours new-yorkais, mais il aura à coeur de marquer les esprits un mois après avoir vu son record du monde (2 h 03 min 23 sec) amélioré par Dennis Kimetto à Berlin avec un chrono époustouflant de 2 h 02 min 57 sec. L'épreuve américaine, avec son tracé vallonné et le franchissement de cinq ponts ne se prête guère aux records du monde, mais Mutai et Kipsang, aiguillonnés par les Ethiopiens Lelisa Desisa et Gebre Gebremariam, vainqueur en 2010, peuvent améliorer le record de l'épreuve (2h05:06.), établi en 2011 par ce même Mutai. Kipsang joue aussi gros d'un point de vue financier: en cas de succès, il remportera les 500.000 dollars (400.000 euros) du World Marathon Majors, qui prend en compte les résultats sur les deux dernières années dans les six plus importants marathons au monde. Malgré son titre mondial en 2013 et son sacre olympique en 2012, l'Ougandais Stephen Kiprotich ne figure pas parmi les favoris après ses déconvenues à New York en 2013 et à Londres en avril (12e à chaque fois). En l'absence de la tenante du titre, la Kényane Priscah Jeptoo, blessée, l'épreuve féminine est très ouverte et devrait se jouer entre sa compatriote Mary Keitany, victorieuse à Londres en 2011 et 2012, et l'Ethiopienne Bizunesh Deba, 2e de l'épreuve en 2011 et 2013. Parmi les 50.000 participants, figure cette année l'ancienne N.1 mondiale de tennis, Caroline Wozniacki. Une semaine après la fin du Masters féminin, la Danoise dont la rupture des fiançailles avec le N.1 mondial du golf Rory McIlroy a fait les délices de la presse people, s'aventure pour la première fois sur les 42,195 km. "Je commence à paniquer un petit peu, j'ai rêvé plusieurs fois que je n'allais pas arriver à finir l'épreuve", a reconnu celle qui s'entraîne depuis juin pour l'épreuve. bb/jr/ol/mam

(AFP)

Votre opinion