Hockey sur glace - Marc Gautschi: «On ne va pas prendre n’importe qui»
Publié

Hockey sur glaceMarc Gautschi: «On ne va pas prendre n’importe qui»

Le directeur sportif de Genève-Servette cherche un remplaçant à Linus Omark en NHL. Alors que la reprise de l’entraînement est prévue ce lundi aux Vernets, le club genevois ne s’affole pas.

par
Christian Maillard
Marc Gautschi, directeur sportif de Genève-Servette, est en quête d’un nouvel étranger pour remplacer Linus Omark.

Marc Gautschi, directeur sportif de Genève-Servette, est en quête d’un nouvel étranger pour remplacer Linus Omark.

ERIC LAFARGUE

Il y a déjà de la glace à la patinoire des Vernets! C’est si rare à cette période de l’année. «Mais depuis la saison dernière, la Ville de Genève fait des gros efforts pour nous!» se réjouit le directeur sportif des Aigles, Marc Gautschi, alors que le premier match de préparation de Ge/Servette est prévu samedi 7 août à Genève face à La Chaux-de-Fonds. Moins de trois mois après leur finale de play-off perdue face à Zoug, les Grenat reprennent l’entraînement ce lundi. L’occasion de faire le point avec le dirigeant genevois alors que ses joueurs se trouvaient ce jeudi à la vallée de Joux pour des tests physiques.

Marc Gautschi, on imagine que vous êtes pendu au téléphone dans l’espoir de trouver un successeur à Linus Omark qui a donc décidé de prendre une année sabbatique en Suède pour des raisons personnelles? Avez-vous des candidats?

Nous avons en effet entre quatre à cinq candidats qui nous intéressent. Mais le marché des transferts ne s’est ouvert que ce mercredi en NHL. Cela commence à bouger. Or cela peut prendre entre une à deux semaines. On ne va pas se mettre à paniquer et prendre n’importe qui. On va bien évaluer la situation et convaincre certains joueurs qui ont encore des vues sur une organisation de NHL.

‹‹Il est évident que le talent offensif de Linus est très difficile à remplacer.››

Marc Gautschi, directeur sportif de Genève-Servette

Êtes-vous à la recherche du même profil que le Suédois?

Il est évident que le talent offensif de Linus est très difficile à remplacer. Du coup, on cherche aussi un profil différent sachant que Daniel Winnik peut passer à l’aile si on dégote un centre.

Concernant les joueurs suisses, votre contingent est-il complet ou y aura-t-il également des mouvements?

Non, il y a encore des possibilités de modifier notre contingent, de faire peut-être un ou deux transferts. C’est encore ouvert. Vous savez, en août, il y a souvent des mouvements entre les clubs et tout le monde est dans l’attente.

‹‹On ne va pas prendre quelqu’un pour prendre quelqu’un. À vrai dire, on n’est pas pressé car il n’y a pas grand-chose à changer dans notre effectif.››

Marc Gautschi, directeur sportif de Genève-Servette

Cela signifie-t-il qu’il pourrait y avoir des joueurs en test dès lundi aux Vernets pour la reprise des entraînements?

Il y a actuellement des joueurs qui n’ont pas trouvé de club mais on ne va pas prendre quelqu’un pour prendre quelqu’un. À vrai dire, on n’est pas pressé car il n’y a pas grand-chose à changer dans notre effectif.

Vous avez souvent répété ces derniers mois que Linus Omark allait rester, que c’était des inventions de journalistes et finalement le Suédois est resté chez lui en Suède. Était-ce un choc pour vous?

Comme je l’ai toujours dit, nous avons eu des discussions ensemble. Linus m’a toujours assuré qu’il voulait rester, que lui et son épouse se plaisaient à Genève. Mais on est arrivé au point qu’il n’y avait pas d’autres choix. Il y a parfois d’autres choses que le hockey dans la vie. On a finalement trouvé la meilleure solution pour les deux parties et je peux vous assurer qu’il va revenir jouer avec Genève…

Votre opinion