Motocyclisme: Marc Marquez en terrain hostile

Publié

MotocyclismeMarc Marquez en terrain hostile

Le champion du monde est arrivé en Toscane avec un rhume. Les pilotes Ducati et Rossi veulent le calmer.

par
Jean-Claude Schertenleib

Il n'a pas pu cacher son mal: bien entouré, Andrea Dovizioso à sa droite, Valentino Rossi à sa gauche, Danilo Petrucci pas très loin, Marc Marquez a passé une bonne partie de la conférence de presse d'avant-course un mouchoir à la main: «Je crois que cela se remarque sur mon visage: oui, je ne suis pas très bien, mais tout sera oublié demain quand je prendrai la piste.»

Sur le plus impressionnant des tracés au monde, celui où les vitesses maximales font passer le frisson, les pilotes Ducati sont bien décidés à refaire une partie de leur retard sur l'homme à la Honda en pleine évolution. Et Valentino Rossi a exactement les mêmes ambitions: «Pour nous tous, Italiens, c'est la course la plus spéciale de l'année, car c'est le décor historique du GP d'Italie. Le dimanche, quand on découvre la foule, qu'on l'entend, c'est très émotionnant.» Un homme – peut-être deux: et si c'était le GP du réveil de Jorge Lorenzo, l'équipier de Marquez? – contre tout un pays, c'est l'affiche du week-end.

----------

BALDASSARI VA MIEUX

Principal adversaire de Tom Lüthi pour le titre mondial Moto2, Lorenzo Baldassari, victime d'une chute qui l'avait laissé ko au début de la course, au Mans, est de retour: «En France, mon épaule et ma tête n'étaient pas terribles; enfin, ma tête n'a jamais été totalement normale», rigole le leader du championnat.

«Mais là, tout va bien. Depuis le début de la saison (5 courses), c'est soit victoire, soit 0 point. Pour être champion du monde, avec le nombre d'adversaires sérieux que compte la catégorie, il faudra aussi savoir parfois se contenter des accessits», ajoute «Balda», dont son mentor, Rossi, dit: «Un immense travailleur, avec un style de pilotage certes particulier, mais tout de finesse.» Si c'est Valentino qui l'affirme...

----------

MV: NOUVEL AÉRO HOMOLOGUÉ

Comme prévu, Dominique Aegerter a passé deux jours de tests sur le circuit Catalunya après le GP de France, pour y essayer différentes choses sur sa MV-Agusta, dont un nouveau «package» aérodynamique... qui rappelle une fois encore que rien ne se crée, tout se transforme! Le nez du carénage est une copie quasi conforme de la Cagiva 500 du début des années nonante!

«Au guidon, les améliorations sont très difficiles à mesurer, explique Domi. Il faut dire que nous avons essayé tant de choses, qu'il n'était pas aisé de savoir quel élément apportait le plus. Le team a ensuite travaillé en soufflerie et là, nos techniciens ont constaté une nette amélioration. On va donc utiliser le nouvel aéro ce week-end», précise Aegerter. Dimanche, la MV-Agusta No 77 se présentera sous des couleurs spéciales, «très italiennes, bien sûr», sourit le Bernois.

----------

LE MANS: «UN PROBLÈME DANS LE RÉSERVOIR..»

On n'en démord pas dans le team Forward qui aligne les MV: «Dominique Aegerter a été victime d'un problème technique dans le dernier tour du GP de France, au Mans.» Précision utile: «un problème dans le réservoir.» Le principal intéressé n'est pas autorisé à dire autre chose. On reprendra donc la formule utilisée par un site spécialisé germanophone: «Il est certain qu'une pompe à essence est en panne... quand il n'y a plus rien à pomper!»

----------

RIO DE JANEIRO VEUT SON GP!

Il était une fois, un discours de Carmelo Ezpeleta, le CEO de Dorna, la société promotrice du MotoGP, qui disait: «Pour moi, le nombre idéal de GP se monte à vingt par saison, pas plus.» Cela, c'était il y a quelques années. Or, les nouveaux projets se multiplient: la Finlande – aux dernières nouvelles, il y aurait du retard dans les travaux -, un projet ambitieux sur une île d'Indonésie et... Rio de Janeiro. Lorsque l'ancien circuit de Jacarepagua avait été détruit, pour permettre la construction au même endroit du village olympique, un accord avait été passé pour que la préfecture de Rio et le gouvernement mettent à disposition des intéressés un terrain (militaire) pour y construire un nouvel autodrome.

Ce terrain se trouve à Deodora, à une vingtaine de km au nord de Jacarepagua et le projet est désormais lancé: objectif, accueillir le MotoGP et la F1 dès 2021. Selon les promoteurs, si les travaux commencent comme prévu en septembre, le chantier pourrait être terminé en mars 2021. Le circuit a été dessiné par l'Allemand Herman Tilke, à qui l'on doit la plupart des tracés modernes et les coûts de construction, estimés à 700 millions de reais (180 millions de francs, au cours du jour) seraient assurés par des investisseurs privés, avec une participation de l'Etat. Problème: les caisses publiques de l'Etat de Rio de Janeiro sont vides depuis plusieurs années!

----------

COMBIEN DE COURSES, DEMAIN?

Si ce projet devait aboutir, une question se pose: combien de courses à l'horizon 2022, quand le contrat de base qui lie les teams avec le système sera rediscuté? Nouvelle tendance: diminuer le nombre de tests hivernaux – qui, pour les équipes, coûtent autant chers qu'un GP – et augmenter le nombre de courses, ce qui, pour le promoteur, assurerait d'importants revenus supplémentaires qu'il pourrait redistribuer (en partie) aux teams... qui tirent de plus en plus la langue.

Ton opinion