Ski alpin - Marc Rochat: «J’aimerais bien aller à Pékin»
Publié

Ski alpinMarc Rochat: «J’aimerais bien aller à Pékin»

Le Vaudois a manqué les critères de sélection pour huit petits centièmes. Alors qu’il reste un slalom mardi à Schladming, sera-t-il repêché par Swiss-Ski?

par
Christian Maillard
Marc Rochat estime avoir sa place à Pékin.

Marc Rochat estime avoir sa place à Pékin.

AFP

À la suite de deux manches solides, Marc Rochat n’a pas été loin ce samedi de décrocher la lune. Ou si vous préférez son ticket pour aller à Pékin. Il ne lui a manqué que huit centièmes pour égaler le chrono de Loïc Meillard, septième, synonyme de qualification directe pour les Jeux. Avec une 18e place à Adelboden, une 17e à Wengen et donc ce 8e rang à Kitzbühel, le Lausannois n’a pas atteint les critères exigés par Swiss Ski et Swiss Olympic.

Alors que les dirigeants helvétiques vont dévoiler leur sélection ce lundi matin, ce slalomeur hors-norme, qui doit encore disputer comme tous ses camarades de l’équipe de Suisse l’épreuve nocturne de Schladming, espère un coup de main du destin de dernière minute. Tout comme le Genevois Tanguy Nef, d’ailleurs, 13e à Adelboden, qui pourrait lui aussi être repêché comme remplaçant ou pour disputer l’épreuve par équipes…

Marc Rochat, quand on voit le nombre de favoris qui ont été éliminés en deuxième manche, après votre cinquième rang sur le premier tracé, on peut parler d’une belle performance de votre part ce samedi à Kitzbühel…

C’était en effet une course difficile. Sur les cinq derniers qui se sont élancés, je suis le seul à réussir une manche convenable. Malheureusement j’ai perdu un peu trop de temps sur le haut. Mais au final, 8e c’est un bon résultat pour moi et je suis content. Cela me fait du bien.

Mais il vous a manqué huit petits centièmes pour atteindre, comme Yule, Zenhäusern, Aerni et Meillard, les minima exigés par Swiss Ski samedi. Il y a de quoi être, on l’imagine, frustré?

Au final, cela dépendra de l’avis des entraîneurs! On m’a toujours reproché ces dernières années de ne pas avoir assez de constance dans mes performances et mes résultats et voilà, si on regarde mon mois de janvier, je suis le seul qui a eu une réelle régularité. Le seul qui a construit sur mes classements en progressant constamment. Alors oui, j’aimerais bien aller à Pékin.

‹‹On m’a toujours reproché ces dernières années de ne pas avoir assez de constance dans mes performances et mes résultats. Si on regarde mon mois de janvier, je suis le seul qui a eu une réelle régularité.››

Marc Rochat, 8e du slalom de Kitzbühel

Swiss Olympic va dévoiler sa sélection ce lundi alors qu’il vous reste un slalom mardi à Schladming. Frustrant, non?

L’autre question c’est que vont-ils faire, les dirigeants, si un des gars qui n’est pas encore qualifié claque un podium ou un succès à Schladming? Qu’est-ce qui se passerait si Tanguy, Reto ou moi on réussissait un gros résultat? Au final, quand tu formes une équipe pour aller aux Jeux, tu amènes les athlètes qui ont le plus de chances de remporter une médaille, non? Enfin, moi, je ne me pose pas trop de questions. Je fais ce que j’ai à faire et ce samedi j’ai eu du plaisir en me hissant au 8e rang. Je suis en bonne forme et je vais essayer de faire tout aussi bien à Schladming, après advienne que pourra.

‹‹ Je suis en bonne forme et je vais essayer de faire tout aussi bien à Schladming, après advienne que pourra.››

Marc Rochat, qui veut encore croire en ses chances de qualification

Vous parlez d’un super mois de janvier. Vos entraîneurs nous ont d’ailleurs confirmé que vous étiez également très bons à l’entraînement. Cela signifie qu’ils sont contents de vous…

C’est vrai. Je suis bien et serein actuellement. Je m’amuse sur mes skis et c’est ce qui compte. Moi je fais ce que je fais pour l’amour du sport et là je le retrouve pleinement. Il est clair qu’il y a eu des années plus difficiles où j’avais l’impression de perdre cette passion. Cette saison, j’ai connu de gros problèmes de dos lors de la préparation mais cela ne m’a pas empêcde prendre du plaisir malgré tout. Mais ce n’est pas toujours drôle de se lever tous les matins et d’avoir peur de bouger un orteil au risque d’un gros blocage de dos. Alors oui, cela a été compliqué cet été mais pour l’instant tout va bien et je m’amuse.

S’amuser, est-ce le plus important dans ce milieu pour bien performer?

Ça dépend pour qui. Certains performent à la frustration et d’autres à… autre chose. Chacun est fait comme il est. Moi j’ai toujours été un joueur. Je pense que je suis encore un «gosse» entre guillemets. Je le répète, j’ai du plaisir à faire ce que je fais et c’est quand je m’amuse comme maintenant que je performe le mieux.

On vous souhaite donc de bien vous amuser à Schladming et qui sait du côté de Pékin…

Je me le souhaite aussi!

Votre opinion