16.10.2020 à 21:22

GenèveMarche aux flambeaux en soutien à l’Arménie

Plus de 500 personnes ont manifesté en silence leur soutien à l'Arménie vendredi soir entre le Palais Wilson et la place des Nations.

 Cette action a reçu le soutien d’une trentaine de partis et d’organisations genevoises, dont le PDC, la gauche et la Ligue suisse des droits de l’homme.

Cette action a reçu le soutien d’une trentaine de partis et d’organisations genevoises, dont le PDC, la gauche et la Ligue suisse des droits de l’homme.

KEYSTONE

A l’appel de la communauté arménienne de Suisse, plus de 500 personnes ont manifesté leur soutien à l’Arménie vendredi soir à Genève. Elles demandent l’arrêt des combats au Haut-Karabakh et le droit à l’autodétermination de la population.

La manifestation, qui a eu lieu à la lumière de flambeaux, a reçu le soutien d’une trentaine de partis et d’organisations genevoises, dont le PDC, la gauche et la Ligue suisse des droits de l’homme. Après avoir constitué une chaîne humaine le long du quai, en face au Palais Wilson, siège du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, les participants ont marché jusqu’à la place des Nations.

L’action a été entièrement silencieuse. De nombreuses banderoles et masques de protection reproduisant le drapeau arménien étaient visibles. «Nos territoires ne sont pas à négocier», «L’Arménie veut la paix – l’Azerbaïdjan, la guerre», «Stop à l’agression Turco-Azérie contre l’Arménie» ou encore «Evitons un 2e génocide du peuple arménien!", pouvait-on lire sur les rares pancartes.

Vendredi matin à l’heure de pointe, quelque 300 manifestants pro-arméniens ont bloqué la douane de Bardonnex, côté français. Dénonçant les attaques qui durent depuis le 27 septembre, ils demandaient la reconnaissance du Haut-Karabakh par l’Europe et l’OTAN.

Frappes sur Nagorny Karabakh

La capitale de la région séparatiste du Nagorny Karabakh était à nouveau vendredi la cible de bombardements, tandis que de violents combats font rage sur le front et que l’Azerbaïdjan a revendiqué la prise de nouveaux territoires.

Une série d’explosions a été entendue dans la nuit de vendredi à samedi à Stepanakert, ainsi que des alertes anti-aériennes, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Un haut-représentant du Nagorny Karabakh, Artak Beglarian, a lui affirmé vendredi soir sur Twitter que Stepanakert avait été frappée par «des missiles lourds».

(ats/nxp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!