Hockey sur glace: Marco Bayer: «La Suisse doit viser les médailles chez les juniors également»

Publié

Hockey sur glaceMarco Bayer: «La Suisse doit viser les médailles chez les juniors également»

Le sélectionneur national M20 vivra sa première grande compétition à la tête de la Suisse dès ce vendredi lors du championnat du monde à Edmonton. Premier test vendredi soir contre la Slovaquie (20h).

par
Grégory Beaud
Marco Bayer (au centre) sera assisté par Patrick Fischer (à g.) et Tommy Albelin.

Marco Bayer (au centre) sera assisté par Patrick Fischer (à g.) et Tommy Albelin.

KEYSTONE

À 48 ans, Marco Bayer fera son baptême du feu à Edmonton lors du championnat du monde M20. Sélectionneur national depuis cette saison, il avait quitté son poste de directeur sportif des Langnau Tigers pour le banc de l’équipe de Suisse juniors. Depuis l’arrêt de sa carrière en 2009, il a longtemps officié au sein de la Fédération, tantôt comme entraîneur-assistant, tantôt comme coach vidéo. À la veille du premier match de la compétition face à la Slovaquie (ce vendredi, 20h), il revient sur ses attentes avant cette compétition.

Marco Bayer, cette équipe est très jeune avec 13 joueurs de 2002 et 2003. Est-ce un sujet d’inquiétude pour vous?

C’est vrai que nous avons une sélection très jeune. Mais c’est quelque chose qui ne me fait pas de souci du tout. Vous savez, nous n’avons pas établi cette sélection en fonction de l’année de naissance mais des performances et du potentiel de chaque joueur. Je crois vraiment que pour les années 2001, 2002 et 2003 nous avons trouvé les meilleurs de Suisse pour nous aider à avoir du succès. Je ne vois pas cette jeunesse comme un problème mais plutôt comme la validation de l’excellent travail effectué dans le domaine de la formation à Swiss Ice Hockey. C’est un constat très positif pour le futur.

«Je crois vraiment que pour les années 2001, 2002 et 2003 nous avons trouvé les meilleurs de Suisse pour nous aider à avoir du succès»

Marco Bayer, sélectionneur de l’équipe de Suisse M20

Quel objectif vous fixez-vous avec cette équipe?

L’objectif minimal doit être d’atteindre les quarts de finale. Mais il ne faut pas perdre de vue que la Suisse doit doucement se mêler à la lutte pour les médailles chez les juniors également. L’équipe «A» l’a fait deux fois dans un passé proche et les sélections juniors ne sont pas loin année après année. Il faut que ce soit notre prochain pas. Et finalement pourquoi pas cette année?

Quelles sont les forces de cette équipe?

Nous avons la chance de pouvoir disposer d’un cadre très large. Il n’y a peut-être pas de stars comme certaines autres années. Mais nous pouvons bénéficier de quatre lignes très équilibrées. Nous devons être une équipe avec beaucoup d’énergie et qui patine vite durant 60 minutes. Même si nous n’avons pas de «top shot» comme d’autres équipes, nous avons une belle profondeur avec beaucoup de joueurs de qualité.

À titre personnel, il s’agira de votre premier tournoi en tant que sélectionneur. Y a-t-il un pression particulière?

Oui, c’est vrai qu’il s’agit d’une première mais je ne peux pas dire que je ressente de la pression, non. Durant ma carrière j’ai tout de même vécu plusieurs situations de ce style. Au lieu d’avoir une pression négative, j’entre dans ce tournoi avec beaucoup d’envie et d’attentes. J’ai envie de transmettre ma passion pour le hockey à cette équipe. C’est un plaisir de travailler avec ces jeunes joueurs. Ce sera à moi, aussi, de leur inculquer une certaine sérénité. D’un point de vue technique, je suis quelqu’un qui se prépare très minutieusement. C’est ma force. Et j’ai envie d’arriver à réaliser quelque chose de bien. C’est pourquoi cette entrée dans le tournoi se fait de manière très positive et n’est surtout pas marquée par la pression.

Ton opinion

0 commentaires