Affaire Grégory: Marie-Ange Laroche: «Je le répéterai jusqu'à ma mort: Bernard est innocent»
Publié

Affaire GrégoryMarie-Ange Laroche: «Je le répéterai jusqu'à ma mort: Bernard est innocent»

L'implication de Bernard Laroche dans le meurtre du petit Grégory en 1984 est toujours envisagée par les enquêteurs. Son épouse n'en peut plus.

par
joc
Marie-Ange Laroche, ici en 2009, dénonce un «acharnement» de la justice.

Marie-Ange Laroche, ici en 2009, dénonce un «acharnement» de la justice.

AFP

Protagoniste, malgré elle, de l'affaire Grégory, Marie-Ange Laroche est fatiguée: «J'en ai assez, cela va trop loin», confie-t-elle au «Parisien». Il y a plus de 30 ans, son mari Bernard était assassiné par Jean-Marie Villemin, père du garçonnet de 4 ans retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne (Vosges). Bernard Laroche avait un temps été soupçonné du meurtre du petit garçon puis relâché, mais Jean-Marie Villemin était persuadé de sa culpabilité et l'avait abattu.

Aujourd'hui, malgré l'annulation des mises en examen de sa soeur Murielle Bolle et de Marcel et Jacqueline Jacob – grand-oncle et grand-tante de Grégory – cette enquête hors du commun se poursuit. Marie-Ange Laroche n'en peut plus que ses proches soient constamment interrogés et dénonce un «acharnement». «J'apprends que les gendarmes sont allés jusqu'à interroger ma nièce qui avait 7 ans à l'époque, et mon neveu qui n’était même pas né (...) Ça suffit! Ce qui se passe depuis un an, c'est dément. C'est inutile et ça nous fait mal», dénonce la Française.

«Oui, c'est vrai, j'étais en colère contre elle»

Le 14 juin 2017, l'affaire Grégory avait connu un spectaculaire rebondissement. «A ce moment-là, je me suis dit: On va enfin connaître la vérité», se souvient Mme Laroche, qui a rapidement déchanté en apprenant que cette nouvelle thèse impliquait à nouveau son mari Bernard. «En 1984, la justice disait quil avait enlevé et tué Grégory. Maintenant on nous dit qu'il l'aurait seulement enlevé. Si ça se trouve, dans trente ans, on viendra nous dire qu'il n'y est pour rien!», s'énerve-t-elle. Elle ajoute, catégorique: «Je sais, moi, et je le répéterai jusqu'à ma mort: Bernard est innocent.»

Murielle Bolle, la soeur de Marie-Ange Laroche, est un personnage-clé de l'affaire. A l'époque adolescente, elle avait livré un témoignage accablant Bernard Laroche, avant de se rétracter le lendemain. Des proches assurent que Marie-Ange a frappé sa soeur pour qu'elle revienne sur ses propos. «Oui, c'est vrai, j'étais en colère contre elle, mais je ne l'ai pas touchée», affirme Marie-Ange, qui n'a plus vraiment de contact avec Murielle Bolle. «Après, cela reste ma soeur. Je trouve qu'elle a été injustement mise en cause et jetée en prison», ajoute-t-elle.

«Brisée» par cette affaire, Marie-Ange Laroche avoir encore une toute petite lueur d'espoir de connaître, un jour, la vérité. «Mais au fond, je n’y crois plus», conclut-elle.

Votre opinion