BD: Marilyn Monroe, le déclin du mythe américain

Actualisé

BDMarilyn Monroe, le déclin du mythe américain

Luz, ancien de «Charlie Hebdo», raconte les coulisses du dernier film de la star, «Les désaxés». Plongée chez les névrosés de Hollywood.

par
Michel Pralong

La bande annonce de «Hollywood menteur». Vidéo Futuropolis

Le 18 juillet 1960, à Reno, dans le Nevada débute le tournage du nouveau film de John Huston, «The Misfits» («Les désaxés»). Un drame intimiste en noir et blanc, cadré au plus près des visages des acteurs. Et quels acteurs: Montgomery Clift, Clark Gable et... Marilyn Monroe. Le scénario a été écrit pour elle par son mari, le romancier Arthur Miller, qui adapte une nouvelle qu'il avait lui-même rédigée 4 ans plus tôt à Reno, dans l'attente de son divorce qui lui permettrait d'épouser la star hollywoodienne.

«Les désaxés» est devenu une film légendaire. En partie parce qu'il traite des mythes américains qui s'effondrent. En partie également parce qu'il fut un échec à sa sortie. Mais surtout parce que Clark Gable mourra quelques jours après la fin du tournage. Et que ce fut également le dernier film de Marilyn. Elle n'achèvera en effet jamais «Something's Got to Give» dans lequel elle n'eut le temps de tourner que quelques scènes en 1962, avant sa mort.

Luz l'a vu 20 fois

Le dessinateur Luz, ancien de «Fluide Glacial», rescapé de la tuerie de «Charlie Hebdo» pour être arrivé en retard à la séance de rédaction, est fasciné par «Les désaxés». Il l'avoue, il l'a vu plus d'une vingtaine de fois. Pour lui, il est «l'une des plus grande oeuvre cinématographique de vérité», et constitue «le reflet de la condition humaine de tous ses protagonistes». Cette passion va l'amener à raconter le tournage de ce film sous forme de feuilleton dès septembre 2016 dans «Les cahiers du cinéma». Aujourd'hui, ses planches retravaillées sortent en album: «Hollywood menteur».

Avec son trait noir et épais comme du charbon, Luz sonde les âmes et dessine des visages, dont celui torturé de Montgomery Clift. Le beau gosse marche à l'alcool et aux médicament depuis l'accident de voiture dans lequel il a frôlé la mort. Du coup, le fantôme de James Dean le hante. Clark Gable ne lésine pas non plus sur la bouteille. Le macho réac ne supporte pas les retards et les absences de la star, Marilyn. John Huston fait des courses de dromadaire, Arthur Miller écrit et réécrit son scénario, le budget du film explose. Et Marilyn...

Le secret de Marilyn

Marilyn le sait, cela devrait être son plus grand rôle, celui qui devrait montrer une autre image que celle de la bombe platine. Mais n'est-ce pas juste elle que décrit Miller. Peut-elle jouer un personnage qui n'en est pas un? Et Marilyn cache un secret. Qui pourrait la sauver ou l'anéantir.

La BD de Luz est passionnante, puissante et touchante, mélange de scènes réelles et de fantasmes. Elle est un adieu à Hollywood, à son âge d'or et sa plus grande star. Et l'on n'a qu'une envie une fois ses pages refermées: voir ou revoir «Les désaxés». Ou plutôt, «The Misfits», les mal-foutus.

Ton opinion