06.02.2015 à 15:45

FranceMarine Le Pen: «Hollande utilise la douleur du pays»

La présidente du Front national Marine Le Pen accuse François Hollande et le gouvernement de vouloir «instrumentaliser jusqu'à plus soif les attentats du 11 janvier».

La présidente du FN Marine Le Pen.

La présidente du FN Marine Le Pen.

ARCHIVES, AFP

La présidente du FN Marine Le Pen a accusé ce vendredi 6 janvier le président François Hollande et le gouvernement «d'utiliser la douleur du pays pour mieux l'anesthésier», lors d'une conférence de presse à Nanterre au siège du parti.

Réagissant à la conférence de presse semestrielle de François Hollande, Marine Le Pen a affirmé qu'elle «(regrettait) infiniment l'indécence du gouvernement qui transforme le souvenir de ces attentats en une pure abstraction, un esprit. Il souhaite utiliser la douleur du pays pour mieux l'anesthésier».

«Ce n'est pas en se drapant dans l'esprit du 11 janvier qu'il fera baisser le chômage, monter le pouvoir d'achat, reculer l'immigration, l'insécurité et le communautarisme, réglera le problème du terrorisme islamiste», a asséné Marine Le Pen.

Elle a dénoncé le «recours quasi-obsessionnel à l'esprit du 11 janvier». On a l'impression d'être dans un film de spiritisme», a-t-elle ironisé.

D'après elle, «l'intention du gouvernement est d'instrumentaliser jusqu'à plus soif les attentats.»

«Adoucir la claque électorale»

«Il s'agit de tenter d'entretenir une cohésion autour du président de la République et de ses ministres de manière artificielle pour atteindre plusieurs objectifs: remonter la cote de popularité, empêcher le débat sur communautarisme, terrorisme islamiste et immigration, faire oublier les responsabilités de l'UMP et du PS dans les échecs, adoucir la claque électorale qu'ils s'apprêtent à recevoir», a listé la dirigeante d'extrême droite.

Pour Marine Le Pen, cette évocation récurrente par François Hollande d'un «esprit du 11 janvier» est une «forme de pression morale injustifiée sur la classe politique française et les Français.»

L'eurodéputée a aussi estimé qu'il n'y avait eu dans cette conférence de presse «aucune annonce, aucun engagement nouveau».

«François Hollande ne dévie pas de la feuille de route signée avant son élection qui consiste à ne prendre aucune décision d'envergure pour réorienter la politique française», juge-t-elle, évoquant des «formules creuses, des déclarations de principe et rien de concret».

Marine Le Pen a aussi garanti que PS et UMP étaient «largement en dehors du champ de la République», évoquant «l'organisation de la République en communautés, le démembrement de la République en territoires de plus en plus autonomes, l'abandon de la souveraineté, le viol répété du principe de la laïcité».

Elle s'est toutefois «réjouie qu'une tentative diplomatique soit mise en oeuvre par François Hollande et Angela Merkel» concernant l'Ukraine. D'après elle, ils «se sont rendus compte que les USA avaient l'intention de déclencher la guerre en Ukraine (...) ! ils sont en train de tenter d'appuyer assez violemment sur la pédale de frein.»

»

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!