Comptes cachés: Marine Le Pen ne réfute pas la possible existence de comptes suisses

Publié

Comptes cachésMarine Le Pen ne réfute pas la possible existence de comptes suisses

Marine Le Pen a affirmé dimanche qu'elle n'était «en aucun cas au courant des affaires patrimoniales de Jean-Marie Le Pen» tout en rappelant que son père a toujours été en combat avec le fisc français.

Marine Le Pen, actuelle présidente du Front National, du temps où elle affichait sa complicité avec son père, Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du parti politique d'extrême-droite.

Marine Le Pen, actuelle présidente du Front National, du temps où elle affichait sa complicité avec son père, Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du parti politique d'extrême-droite.

AFP

«Je ne suis en aucun cas au courant des affaires patrimoniales de Jean-Marie Le Pen, que les choses soient très claires!», a-t-elle affirmé sur le plateau du Grand Rendez-Vous Europe 1-Le Monde-iTELE.

«Ce que je sais, c'est que Jean-Marie Le Pen est en combat avec l'administration fiscale, ce n'est un secret pour personne, depuis 40 ans», a-t-elle ajouté.

Selon le site d'information en ligne, M. Le Pen a «détenu un compte caché chez HSBC, puis à la Compagnie bancaire helvétique (CBH), à travers un trust placé sous la responsabilité légale de son majordome, Gérald Gérin (...) 2,2 millions d'euros ont été déposés sur le compte de ce trust, dont 1,7 million sous forme de lingots et de pièces d'or».

Le Pen rejette ces accusations

Mardi, le parquet de Nanterre a confirmé avoir reçu un signalement de la cellule de renseignements financiers Tracfin concernant ces soupçons, signalement qui «va être étudié». En revanche, le parquet n'a pas corroboré les détails et les montants évoqués.

Le président d'honneur du FN avait rejeté le même jour ces accusations. «Je ne suis pas tenu de m'expliquer sur ce que dit n'importe qui, en particulier des organes para-policiers chargés de semer la perturbation dans la classe politique», a réfuté le cofondateur du FN, 86 ans, évoquant une «offensive générale».

Dimanche, la présidente du FN a affirmé: «Je n'ai aucune information supplémentaire à celle que j'ai pu lire». «Je ne sais absolument pas si ces informations sont erronées ou sont vérifiées, je n'ai aucun élément sur ce sujet», a-t-elle ajouté.

(AFP)

Ton opinion