01.05.2013 à 15:19

1er maiMarine Le Pen se pose en «lumière de l'espoir»

Lors du traditionnel défilé du FN pour le 1er mai, Marine Le Pen s'est présentée comme «la lumière de l'espoir» pour le peuple français, face à la «poursuite des temps obscurs» de François Hollande.

Marine Le Pen, peu après avoir tenu son discours du 1er mai à Paris.

Marine Le Pen, peu après avoir tenu son discours du 1er mai à Paris.

Keystone

Près d'un an après l'élection de François Hollande, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a fustigé mercredi la «poursuite des temps obscurs», proposant d'être «la lumière de l'espoir» pour le peuple français frappé par la crise.

«La France est dans la nuit des affaires, la nuit du délitement de la morale publique, la nuit du mensonge aux Français», a martelé la présidente du FN lors d'un discours, place de l'Opéra à Paris, clôturant le traditionnel défilé frontiste pour Jeanne d'Arc et le 1er mai.

«Je comprends nos compatriotes quand ils nous disent qu'ils perdent confiance, qu'ils ne croient plus en cette classe politique», a insisté Marine Le Pen, jugeant que la France s'est aujourd'hui «enfermée dans les ténèbres de l'Europe».

Le pays, a-t-elle observé devant une marée de drapeaux tricolores, «s'enfonce dans une politique absurde d'austérité sans fin, parce qu'il s'agit de sauver un système à tout prix, parce qu'il s'agit de renforcer des intérêts qui ne sont pas les nôtres, parce qu'il s'agit de dire toujours oui à Bruxelles, à Berlin bien sûr, et en toutes circonstances aux magnats de la haute finance, à leurs serviles valets de la Banque centrale de Francfort ou de la Commission européenne».

Un «interminable délitement»

Pour Marine Le Pen, le peuple de France «comprend que rien n'a changé» depuis un an, que le pays traverse «toujours le même tunnel». Face à cet «interminable délitement vers l'oubli d'une nation», la présidente du FN propose «la lumière de l'espoir, la lumière d'un avenir que nous voulons rendre à la France toute entière et, à travers elle, à l'Europe».

Un espoir incarné, selon elle, par le mouvement qu'elle incarne et qui avait rassemblée 6,5 millions de Français au premier tour de l'élection présidentielle en 2012 (17,9%). «C'est le FN, qui a fêté cette année ses 40 ans, c'est le jeune rassemblement Bleu Marine, ce sont toutes ces forces militantes et engagées qui œuvrent à la victoire de la France», a-t-elle souligné sous les viva d'une foule moins nombreuse qu'un an plus tôt.

«Notre parti à nous, c'est la France unie»

«Notre parti à nous, c'est la France unie, la France rassemblée, la France fière d'elle-même», a encore lancé Marine Le Pen, confortée par des sondages favorables, une crise économique et sociale persistante et l'impopularité record de l'exécutif.

«Si nous n'avons pas encore le pouvoir, nous avançons, et la France et les Français avec nous!... Malgré un système politique qui a totalement cadenassé les modes de scrutin», a aussi affirmé celle qui plaide régulièrement pour l'instauration de la proportionnelle aux élections législatives.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!