Malaisie: Marins enlevés dans un coin prisé des islamistes
Actualisé

MalaisieMarins enlevés dans un coin prisé des islamistes

Un bateau malaisien a été attaqué au large de l'île de Pom Pom. Trois de ses occupants ont été enlevés.

Googlemap

Trois membres de l'équipage d'un bateau de pêche ont été enlevés dans une partie de la Malaisie qui a par le passé été le théâtre de rapts commis par le groupe islamiste philippin Abou Sayyaf, a annoncé dimanche un responsable local.

Cet enlèvement a eu lieu samedi soir près de l'île de Pom Pom, très prisée des plongeurs, dans l'Etat de Sabah (est).

«Le bateau de pêche est malaisien», a déclaré à l'AFP Wan Abdul Bari Abdul Khalid, un responsable militaire dans ce secteur. Il n'a pas précisé la nationalité des ravisseurs.

Interrogées sur une possible implication d'Abou Sayyaf, les autorités se sont refusées à tout commentaire.

En mai, le mouvement avait libéré 14 matelots indonésiens qui avaient été enlevés plusieurs semaines plus tôt dans deux opérations distinctes.

En juillet, cinq marins malaisiens avaient été enlevés à bord d'un remorqueur au large de l'Etat de Sabah.

Abou Sayyaf est une ramification extrémiste de l'insurrection séparatiste musulmane qui a fait plus de 100'000 morts depuis les années 1970 dans le sud des Philippines, pays d'Asie du Sud-Est composé à très grande majorité de catholiques fervents.

Allégeance à l'EI

Considéré comme une organisation terroriste par Washington, il a été fondé au début des années 1990 avec des financements du réseau Al-Qaïda d'Oussama Ben Laden.

Ces dernières années, ses cadres ont prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) mais des analystes considèrent qu'il s'intéresse plus à l'argent qu'aux considérations idéologiques.

En avril et juin, le groupe a décapité deux Canadiens qu'il avait enlevés en septembre 2015 dans le sud des Philippines.

Le président philippin Rodrigo Duterte a ordonné en août une nouvelle offensive militaire contre le bastion d'Abou Sayyaf dans le sud de l'archipel, notamment sur l'île de Jolo.

(AFP)

Votre opinion