Présidentielle française  - Marion Maréchal officialise son ralliement à Eric Zemmour

Publié

Présidentielle française Marion Maréchal officialise son ralliement à Eric Zemmour

Lors du meeting du candidat d’extrême droite dimanche à Toulon, la nièce de Marine Le Pen a définitivement entériné la rupture d’avec le parti familial. 

«J’ai la certitude que la recomposition politique va advenir, je crois de nouveau la victoire possible», a lancé Marion Maréchal.

«J’ai la certitude que la recomposition politique va advenir, je crois de nouveau la victoire possible», a lancé Marion Maréchal.

AFP

La nièce de Marine Le Pen, Marion Maréchal, a officialisé dimanche son ralliement à Eric Zemmour lors du meeting du candidat Reconquête! à Toulon, nouvel épisode de la guerre fratricide au sein de l’extrême droite à l’approche de la présidentielle.

Un «tournant»? 

«J’ai la certitude que la recomposition politique va advenir, je crois de nouveau la victoire possible», a lancé l’ancienne députée FN (devenu RN) du Vaucluse, âgée de 32 ans.

Elle a fustigé Emmanuel Macron, un «président diviseur», qui nous «a obligés à trier entre vaccinés et non-vaccinés» et «ouvre la voie à la lutte des races avec cette idéologie «woke»».

Marion Maréchal a loué la France «fille aînée de l’Eglise».

L’entourage d’Eric Zemmour espère faire de ce ralliement un «tournant» pour relancer sa campagne, après une séquence compliquée sur le conflit en Ukraine et une baisse dans les sondages.

«Les ralliements, ça participe au récit d’une campagne, mais ça ne fait quasiment pas bouger les voix», estime pour sa part le sondeur Frédéric Dabi, de l’Ifop.

L’ancienne députée s’était retirée de la vie politique après la défaite de Marine Le Pen à la présidentielle de 2017 pour fonder une «école» privée de sciences politiques à Lyon. Avec pour objectif de mener un combat davantage «culturel et métapolitique» qu’électoral ou partisan.

«Si je vous disais que ça ne me touche pas, personne ne me croirait»

«Sujet familial» 

Plus conservatrice que Marine Le Pen sur les questions sociétales et davantage libérale en économie, Marion Maréchal avait affirmé au «Figaro» en janvier «pencher pour Éric Zemmour» malgré «un sujet familial» avec sa tante.

La petite-fille de Jean-Marie Le Pen avait aussi fait part de sa volonté de revenir dans la vie politique, visant visiblement les législatives, peut-être à nouveau dans le Vaucluse.

«Ceux qui veulent partir partent. Mais ils partent maintenant!»

Marion Maréchal, qui souhaite garder son autonomie, rallie Eric Zemmour, mais ne rejoint pas pour autant son parti, Reconquête!.

Quatre eurodéputés RN, dont un membre dirigeant du parti, Nicolas Bay, ainsi que l’unique sénateur que comptait le Rassemblement national, Stéphane Ravier, ont rejoint ces dernières semaines la campagne d’Eric Zemmour.

Les députés Bay et Ravier sont par ailleurs tous deux proches idéologiquement de Marion Maréchal.

Samedi, Marine Le Pen a ironisé sur le ralliement de sa nièce, une «bouée de sauvetage» de la campagne d’Eric Zemmour qui est «en train de s’effondrer».

La candidate du RN est donnée au second tour selon les derniers sondages, à plusieurs points devant son rival.

(AFP)

Ton opinion

9 commentaires