Publié

HOCKEY SUR GLACEMark Streit: «La défense est notre force»

Mark Streit a découvert une équipe de Suisse soudée et de qualité, prête à entamer son tournoi ce soir contre la Lettonie. Le match est à suivre dès 18 heures sur «LeMatin.ch».

par
Julien Caloz
Keystone

Mark Streit, certains joueurs de la sélection ont longtemps été absents du groupe et ne sont arrivés que lundi. Comment devenir une équipe?

Le point positif, c’est que nous avons de nombreux joueurs évoluant dans le championnat suisse (ndlr: 16, exactement). Ils ont disputé plusieurs tournois avec la sélection ces dernières années, ainsi que les Mondiaux. Il y a donc une alchimie dans le vestiaire. Et puis, on se connaît heureusement tous bien.

Vous disiez lundi que les joueurs de NHL seraient fatigués en début de tournoi, mais que cela valait pour toutes les équipes. Or la Lettonie, votre premier adversaire, ne possède que trois pensionnaires. Seront-ils avantagés?

Je ne crois pas. La meilleure équipe gagnera, voilà tout. Le style des Lettons est traditionnellement influencé par le jeu russe. Ils mettront sans doute beaucoup de vitesse dans leurs offensives. Je pense que notre armature, notre défense, est notre force. Nous avons deux ou trois bons gardiens et beaucoup de talents devants. Mais nous devons privilégier la défense. Nous évoluerons sur une grande surface de jeu. Il faudra donc très vite fermer les espaces. Car si vous accordez une trop grande liberté à votre adversaire, il vous le fera payer.

Surtout au regard des CV qui composent les deux autres équipes du groupe…

La Suède possède en effet un collectif impressionnant et les Tchèques peuvent également compter sur de grands noms. Mais il ne faut pas trop se projeter. Restons concentrés sur notre premier match!

Jonas Hiller estime que c’est la meilleure équipe de Suisse dans laquelle il ait évolué. Est-ce aussi votre cas?

Oui. Nous ne dépendons pas d’un ou deux joueurs. Le groupe est plus équilibré que par le passé. Nous avons de nombreux gars qui évoluent en NHL. Je crois aussi que ceux qui jouent en Suisse ont des rôles dominants. Tout ceci nous permet de disposer de quatre très bonnes lignes. Mais il faudra que nous concrétisions notre potentiel sur la glace.

Comment se passe la vie ici lorsque vous n’êtes pas sur la glace, justement?

Elle se passe très bien. J’avais entendu beaucoup de critiques avant mon départ. Apparemment, il y avait plein de choses qui n’étaient pas terminées, ou qui ne fonctionnaient pas. Ces remarques m’avaient un peu déçu. Mais en arrivant ici, j’ai pu me rendre compte par moi-même que les infrastructures étaient excellentes.

Votre opinion