Actualisé

Hockey sur glaceMarkus Boesiger, l’homme qui flirte avec les Russes

Markus Boesiger, le businessman qui se cache derrière le projet des «Helvetics» – un club suisse aligné dans la prestigieuse KHL – a appris ses métiers sur les circuits. Portrait d’un touche-à-tout au caractère bien forgé.

par
Jean-Claude Schertenleib

«Boesiger? Il est la réponse emmentaloise à Christian Constantin»: notre informateur, proche du dossier, a le sens des formules. Celui, aussi, d’une froide analyse: de Roggwil, où son empire est né, à ses bureaux de Langenthal, en passant par le Centre sportif d’Huttwil, Markus Boesiger, 54 ans, ne laisse personne insensible. On l’adore ou on le hait, on sait surtout qu’avec lui aucun obstacle n’est considéré comme infranchissable. Et tant pis si, au passage, il doit bousculer les habitudes, renverser quelques politiciens trop sûrs de leurs faits. Ou faire fondre la glace de la patinoire d’Huttwil. Quand ce n’est pas mettre à la porte un client comme la Fédération suisse de football.

Votre opinion