24.07.2020 à 19:33

MotocyclismeMarquez, l’absent dont tout le monde parle

Le défi de Marc Marquez, opéré mardi d’une triple fracture de l’humérus droit, commence samedi matin. Mais on ne parle déjà que de lui...

par
Jean-Claude Schertenleib

Marquez, le boss invisible

On ne prête, dit-on, qu’aux riches. Dans le paddock de Jerez de la Frontera, qui accueille ce week-end un GP d’Andalousie une semaine après le GP d’Espagne, on s’intéresse ainsi plus à celui qu’on ne voit pas, Marc Marquez, qu’à ceux qui travaillent sur la piste: «C’est normal, le boss, c’est lui. Et nous sommes tous heureux qu’il soit déjà de retour», avouent ses principaux adversaires dans un exercice de communication bien réglé.

Le champion du monde s’est fait très discret dans la journée, pendant que Viñales et Rossi dominaient la séance matinale, la plus rapide du jour. Tout le monde l’admet: l’événement, ce sera samedi matin, à 9 h 55, quand la Honda No 93 sortira de son stand avec, pour but chiffré, réussir un chrono dans les 107% de la meilleure marque du jour.

«Il n’y a eu aucune pression de notre part. Pour nous, c’était clair, Marc ne reviendrait pas avant Brno, dans deux semaines. C’est lui seul qui a décidé et s’il constate que ça ne va pas, il s’arrêtera immédiatement», confie Alberto Puig, l’intransigeant manager du team Honda.

Et les pronostics d’aller bon train: «Il n’y a que lui, les médecins et quelques personnes de son entourage proche qui connaissent exactement la gravité de sa blessure», souffle Valentino Rossi. Pendant que d’autres, en coulisses, en sont déjà aux pronostics: «S’il est au départ dimanche, il jouera une place dans le top 5!»

Rossi a retrouvé le sourire

Pour parler de ceux qui roulent, Valentino Rossi: loin du compte le week-end dernier, avant d’être contraint à l’abandon sur un problème technique sur lequel Yamaha est muet – le moteur de sa M1 est reparti d’urgence au Japon, pour analyse -, Valentino n’a été battu que par son équipier Viñales: «Les changements apportés sont payants, mon feeling est bien meilleur», explique Rossi.

Valentino Rossi a eu un meilleur feeling qu’une semaine plus tôt sur le même circuit.

Valentino Rossi a eu un meilleur feeling qu’une semaine plus tôt sur le même circuit.

AFP

La confirmation du jour? L’extraordinaire évolution de la KTM, la preuve en chiffres de la qualité du travail de son pilote test, Dani Pedrosa. Brad Binder troisième, Pol Espargaró cinquième, Miguel Oliveira sixième, la marque autrichienne partage équitablement les deux premières lignes provisoires avec Yamaha.

Précision dans le camp nippon: Fabio Quartararo a travaillé toute la journée en vue de la course, sans utiliser les pneus les plus tendres pour partir à l’assaut du meilleur temps du jour. Cette mission, le Français la remplira samedi.

Les blessés grimacent, mais résistent

Cal Crutchlow et Alex Rins, tous les deux forfaits le week-end dernier, serrent les dents. Où l’on constate d’ailleurs que la fracture d’un os – le scaphoïde, pour le Britannique – est moins pénalisante qu’une blessure musculaire (dislocation d’une épaule, pour l’Espagnol).

Reste à savoir si tous les deux décideront de prendre le départ dimanche: selon la météo andalouse, il devrait faire encore plus chaud – on attend un pic de 40 degrés à l’heure du départ de la course MotoGP – que le week-end dernier.

Lüthi: une bonne et une mauvaise nouvelle

«Le set-up de la moto n’a plus rien à voir avec ce que nous avions la semaine dernière»

Thomas Lüthi

Ce n’est pas encore un package qui peut jouer le podium, mais cela va mieux pour Tom Lüthi: «Le set-up de la moto n’a plus rien à voir avec ce que nous avions la semaine dernière. J’ai perçu des choses intéressantes, aussi bien ce matin que par grosse chaleur, cet après-midi. Nous avons encore quelques idées, que nous allons confirmer samedi matin lors de la troisième séance d’essais libres, avant les qualifications», explique Tom.

Tom Lüthi s’est fait une petite frayeur lors des séances d’essais libres.

Tom Lüthi s’est fait une petite frayeur lors des séances d’essais libres.

KEYSTONE

Voilà pour la bonne nouvelle. La moins bonne? Au niveau du rythme (nombre de tours rapides), le Bernois est encore loin du compte et il roule toujours à la limite; ainsi, après avoir signé son meilleur chrono de la séance de l’après-midi, Tom a réussi un petit miracle en retombant sur sa selle, après un décrochement violent de l’arrière de sa moto.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Pierre Kiroul

25.07.2020 à 18:06

Marquez, toujours aussi fougueux et impatient. Avec lui c'est toujours "ça passe ou ça casse..."