Motcyclisme: Marquez-Lüthi, les voisins de Sepang

Publié

MotcyclismeMarquez-Lüthi, les voisins de Sepang

Ce n'est peut-être pas à 100% le fruit du hasard: les stands des équipes de Tom Lüthi et d'Alex Marquez sont contigus en Malaisie. Plus simple pour les caméras, au cas où...

par
Jean-Claude Schertenleib Sepang
Thomas Lüthi a encore du boulot à Sepang.

Thomas Lüthi a encore du boulot à Sepang.

Keystone

Conciliabules entre les responsables du championnat et les team-managers concernés, mises en scène imaginées: même si Thomas Lüthi ne pense qu'à une chose, la course de dimanche, le parfum «GP décisif pour le titre» émet ses effluves en Malaisie.

La seconde séance d'essais libres du jour à peine terminée, un bref débriefing technique achevé, le pilote suisse s'est présenté devant les médias. Enfin, devant le média helvétique!

Au même moment, juste à côté, les envoyés spéciaux d'une bonne demi-douzaine de quotidiens espagnols et deux équipes de télévision attendaient Alex Marquez. Les chiffres, dans ce domaine également, parlent en faveur du petit frère de l'octuple champion du monde, Marc. Et que dit le verdict de la piste? 226 millièmes d'avantage pour Marquez (3e) sur Lüthi (6e): «Pas une mauvaise journée, mais nous avons encore du travail devant nous. Ce vendredi après-midi, j'ai été incapable d'utiliser totalement le potentiel de mon pneu neuf, le grip arrière est problématique pour tous depuis ce matin – il a plu aux premières heures du jour -, mais il me manque encore quelque chose. Je ne suis pas loin au temps, mais les risques pris pour rouler à ce niveau sont trop importants, j'ai besoin d'une plus grande constance. Nous travaillons avec toute l'équipe, comme toujours. Plus la moto est astreignante à contrôler, plus la dépense d'énergie est importante, c'est pour cela que nous avons encore du boulot. J'ai totalement confiance en mes gars, le but reste le même: une place sur l'une des deux premières lignes de la grille. Après, on verra. Les KTM ont prouvé en Australie que, par des conditions de grip difficiles, elles étaient très efficaces, c'est confirmé aujourd'hui avec le chrono de Martin, qui met deux dixièmes à tout le monde.»

----------

Aegerter: le couperet est-il tombé?

Officiellement, Dominique Aegerter ne sait rien. Officieusement, plusieurs médias italiens évoquent un team Forward MV-Agusta 100% transalpin en 2020, Simone Corsi – qui avait perdu sa place au cœur de l'été dans le team Tasca – récupérant le guidon du Bernois. Aucune officialisation n'est encore tombée, à l'heure où il se murmure également qu'Edgar Pons, le plus jeune des fils de l'ancien double champion du monde 250 cc, Sito, pourrait revenir en GP dans le team de Fausto Gresini. Pons Junior est devenu cette année une nouvelle fois champion d'Europe Moto2, avant même la finale de Valence, dans une semaine.

La grille Moto2 2020 se présente ainsi, avec de moins en moins de points d'interrogation.

NTS RW Racing GP:Jesko Raffin et Bo Bendsneyder.

Dynavolt Intact GP: Thomas Lüthi et Marcel Schrötter.

Estrella Galicia 0,0 Marc VDS:Alex Marquez et Sam Lowes.

Italtrans Racing Team: Lorenzo Dalla Porta et Enea Bastianini.

Flexbox HP 40: Lorenzo Baldassari et Augusto Fernandez.

Speed Up: Jorge Navarro et Fabio Di Giannantonio.

Sky Racing Team VR46: Luca Marini et Marco Bezzecchi.

American Racing: Marcos Ramirez et Joe Roberts.

Sama Qatar Angel Nieto Team:Aron Canet et Hafizh Syahrin.

Idemitsu Honda Asia:Somkiat Chantra et ???.

Federal Oil Gresini: Nicolò Bulega et Edgar Pons (?).

Petronas Sprinta Racing: Xavi Vierge et Jake Dixon.

Red Bull Ajo: Jorge Martin et ???.

Onexox SAG: Remy Gardner et Tetsuta Nagashima.

Forward MV-Agusta:Stefano Manzi et Simone Corsi (?).

Le deuxième pilote du team Honda Asia sera un Asiatique. Aki Ajo, qui a «perdu» Iker Lecuona, propulsé en MotoGP, garderait sa place pour... Johann Zarco, au cas où Jorge Lorenzo ne mettait pas un terme anticipé à sa carrière. Si tel devait être le cas, le manager finlandais rêverait d'embaucher Fabio Di Giannantonio, qui a prolongé son contrat avec Speed Up. Seraient actuellement «à pied»: Dominique Aegerter et Mattia Pasini.

----------

Quartararo: temps record et moto officielle

Pour le nouveau «Petronas Yamaha Sepang Racing Team», qui participe rappelons-le à son premier championnat du monde MotoGP et qui y brille de mille feux avec Fabio Quartararo et Franco Morbidelli, ce GP «national» a logiquement une grande importance. Et l'équipe de Razlan Razali et Johan Stigefelt a fait un double buzz, ce vendredi. Premièrement, Yamaha Motor Racing, par la bouche de son directeur Lin Jarvis, a officialisé qu'un accord était survenu pour que, l'an prochain, le team satellite de la marque aux trois diapasons dispose pour ses deux pilotes de Yamaha M1 spécificités «A», comme celles confiées dans le team usine à Maverick Viñales et Valentino Rossi. Une nouvelle que le phénomène Quartararo a tenu à fêter à sa manière: il a établi un nouveau record absolu du circuit malaisien, battant son équipier Morbidelli d'une demi-seconde. Les pilotes officiels sont respectivement quatrième (Viñales) et cinquième (Rossi). Marc Marquez (un sauvetage incroyable en matinée, puis un souci technique) est sixième, à plus de 9 dixièmes de Quartararo.

----------

Futur: un tournus espagnol?

Alors qu'il y a toujours plus de pays candidats à l'organisation d'un GP – il y en aura 20 l'an prochain, avec le retour du GP de Finlande -, on parle désormais d'un tournus entre les actuels quatre circuits espagnols (Jerez de la Frontera, Catalunya, Aragon et Valence) pour permettre notamment, après-demain, au Portugal de retrouver sa place au calendrier.

Le groupe Dorna possédant les droits des deux principaux championnats de vitesse – le MotoGP et le SBK -, il peut jouer avec ses différents atouts. Ainsi, on a appris cette semaine que, pour la première fois, le circuit Catalunya de Montmeló allait recevoir, l'an prochain, une étape du mondial superbike et supersport. De là à imaginer qu'il s'agit d'une pré-compensation à des décisions futures, il y a un pas que les propriétaires du circuit catalan ne veulent pas confirmer: «Nous avons encore un contrat pour un GP en 2020 et 2021, et nous espérons bien sûr le prolonger.» Pas sûr que ce soit si évident que cela...

Ton opinion