Publié

FranceMartine Aubry et Sarkozy se cherchent et se trouvent

La Première secrétaire du Parti socialiste et le président français ont échangé des petites phrases assassines lors du passage de Sarkozy à Lille, dans le nord du pays.

Le président Nicolas Sarkozy était jeudi en visite à Lille, fief de Martine Aubry, pour présenter ses voeux aux fonctionnaires. La Première secrétaire du Parti socialiste n'a pas fait de cadeau au chef de l'Etat, lui demandant de "monter le niveau" du débat, alors que les petites phrases animent les échanges politiques de jour en jour, à un peu plus de trois mois de l'élection présidentielle.

En janvier 2008, Nicolas Sarkozy était déjà venu à Lille pour présenter le projet de Révision générale des politiques publiques (RGPP). Martine Aubry lui avait alors offert un vélo.

Pas de cadeau cette fois

Quatre ans plus tard, l'ambiance n'est plus aux amabilités entre le chef de l'Etat et la patronne du PS, qui n'avait cette fois pas prévu de cadeau lors de l'"accueil républicain". "Je n'ai pas le coeur à ça, je pense qu'il n'a pas fait de cadeau à la France", a-t-elle expliqué à la presse. "Moi, en général, je ne fais que ce que je ressens".

Lors de ses voeux, le chef de l'Etat n'a pas manqué de faire allusion à la présence de la patronne du PS. "C'est très important que nos concitoyens sachent que nous sommes capables, ne serait-ce que quelques instants, de dominer nos différences pour manifester simplement que la République impose à l'opposition comme à la majorité de savoir se parler et se respecter", a-t-il souligné.

Des propos saisis au vol par Martine Aubry, à la fin du discours. "Vos derniers mots, faites-les partager à M. Accoyer", a-t-elle glissé au chef de l'Etat. Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer a créé la polémique en employant le terme de "guerre", mercredi lors de ses voeux, pour évoquer implicitement les conséquences d'une victoire de la gauche à la présidentielle.

Monter le niveau

"Si on pouvait arriver à monter le niveau de ce débat, la République et la France y gagneraient", a poursuivi Martine Aubry à l'adresse de Nicolas Sarkozy. "Faites partager (votre avis, NDLR) à François Hollande quand il parle de moi", a rétorqué le président. Allusion transparente à l'expression "sale mec", employée par le candidat socialiste à la présidentielle alors qu'il parodiait Nicolas Sarkozy devant des journalistes.

"Mais je partage votre avis, d'ailleurs sur Accoyer", a avoué le chef de l'Etat à la maire de Lille. "Faites-le partager, j'essaierai de le faire chez moi", a rétorqué Martine Aubry. "Mais je suis sûr que vous essaierez, j'en suis sûr", a répondu sèchement Nicolas Sarkozy.

Quelques minutes plus tard, la patronne du PS s'est payé le luxe de bloquer un bref instant le départ du président de la République, en s'attardant dans le passage pour répondre à la presse.

(AP)

Votre opinion