07.06.2015 à 20:02

AthlétismeMarvin Bracy, la nouvelle perle du sprint américain

Le Floridien de 21 ans s'est imposé en 9''93, signant la meilleure performance de sa jeune carrière, lors du meeting de Birmingham comptant pour la Ligue de Diamant.

par
SI

La 5e étape de la Ligue de diamant à Birmingham (GB) a été marquée par la victoire sur 100 m de Marvin Bracy, la nouvelle perle du sprint américain. La Floridien de 21 ans s'est imposé en 9''93, signant la meilleure performance de sa jeune carrière.

En l'absence des stars du sprint, comme Justin Gatlin ou Usain Bolt, Marvin Bracy s'est imposé devant le Britannique Adam Gemili. Celui-ci a franchi la ligne en 9''97, ce qui lui a permis de devenir le 100e sprinteur à passer sous la barre mythique des 10 secondes sur 100 m.

Aucune meilleure performance mondiale de l'année n'a été enregistrée à Birmingham. A noter parmi les résultats de la journée la 24e victoire en Ligue de diamant de la spécialiste du disque croate Sandra Perkovic. Un total qui lui a permis d'égaler le record (chez les dames) de la lanceuse de poids néo-zélandaise Valerie Adams. Côté helvétique, Fabienne Schlumpf s'est classée au 10e rang (sur 12) sur 3000 m steeple à l'occasion de sa première participation en Ligue de diamant. La Zurichoise a couru en 9'46''54, soit six secondes de plus que sa meilleure performance de l'année, réussie fin mai à Oordegem (PB). Deuxième athlète suisse annoncée à Birmingham, la perchiste biennoise Nicole Büchler a finalement renoncé au concours.

Mo Farah absent

Cette réunion de Birmingham a aussi été entachée par le forfait du Britannique Mo Farah. Le double champion olympique, qui avait assuré soutenir son entraîneur Alberto Salazar visé par des accusations de dopage, s'est retiré quelques heures avant le début du meeting. "Je n'ai pas pu me concentrer correctement sur la course et après les événements des derniers jours, je me sens émotionnellement et physiquement vidé", a expliqué celui qui devait s'aligner sur 1500 m.

Samedi, le coureur né en Somalie avait expliqué qu'il était "en colère" que son nom ait été "traîné dans la boue" et qu'il ne voyait aucune preuve du comportement délictueux de son entraîneur, accusé d'encourager et organiser le dopage de ses athlètes. "Je ne vais pas quitter Alberto pour la raison que je ne vois aucune preuve claire", avait-il déclaré. Dans un documentaire, la BBC a accusé mercredi de pratiques dopantes le technicien américain qui entraîne Farah depuis l'hiver 2011 mais rien n'indique que le champion britannique soit mêlé à l'affaire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!