Publié

Conflits ethniquesMassacre dans un foyer étudiant au Nigeria

Utilisant des armes et des machettes, des hommes armés ont attaqué un foyer étudiant près d'une école polytechnique dans le nord-est du Nigeria. Un bilan provisoire fait état de 26 personnes tuées.

PHOTO D'ILLUSTRATION

Des hommes armés ont tué par balles au moins 26 étudiants au cours d'une attaque nocturne contre une résidence universitaire du nord-est du Nigeria. L'attaque s'est produite lundi en fin de soirée à l'école polytechnique de Mubi dans l'Etat d'Adamawa, a déclaré le responsable de l'information de l'université.

"Les tueurs sont allés d'une chambre à l'autre et les ont massacrés un par un", a raconté Mohammed Awal, un témoin qui n'a pas été blessé lors de l'attaque. Selon lui, les meurtriers ont également utilisé des machettes.

"26 étudiants ont été tués" lors de de cette fusillade, a indiqué le porte-parole de la police, Mohammed Ibrahim. Ce bilan a été confirmé par un responsable des secours. Il a précisé, sous couvert d'anonymat, que "quinze blessés ont été transportés à l'hôpital" et que "l'armée a pris le contrôle de la zone". Un bilan antérieur faisait état d'une dizanie de morts.

Règlement de compte?

L'Etat d'Adamawa se situe dans le Nord, où la guérilla islamiste Boko Haram est active. Mais la police envisage également la piste d'une dispute ethnique et politique entre étudiants, liée à une élection syndicale tenue dimanche. Plusieurs des victimes étaient des candidats à ce scrutin, qui avait entraîné des tensions sur le campus.

"Nous avons appris que lors de leur arrivée, (les tueurs) ont appelé certaines victimes par leurs noms et les ont tuées à leur sortie", a expliqué Mohammed Ibrahim, porte-parole de la police de l'Etat. "Certains ont été laissés tranquilles, ce qui nous fait plutôt penser" à un règlement de comptes interne.

Le porte-parole n'a cependant pas exclu l'hypothèse d'une infiltration par Boko Haram. Il a ajouté qu'une roquette, des dizaines de bombes artisanales, des couteaux et des fusils automatiques avaient été retrouvés sur les lieux de la tuerie.

Mohammed Awal, le témoin, a indiqué que la police confirmait la mort de 25 étudiants, mais des sources internes aux services de sécurité et des témoins font état d'au moins 40 tués.

Plus de 1400 morts depuis 2010

La semaine dernière, l'armée nigériane avait annoncé avoir tué un chef de Boko Haram et avoir arrêté plus de 150 membres du groupe lors d'un raid mené dans la ville.

Mubi est proche de la ville de Maiduguri, dans l'Etat voisin de Borno, considérée comme le berceau de Boko Haram. Ce groupe est accusé par l'organisation Human Rights Watch d'avoir tué plus de 1400 personnes au Nigeria depuis 2010.

(AFP)

Votre opinion