Hockey sur glace: Match de l'année: À Zurich, ils ne sont pas trop inquiets

Publié

Hockey sur glaceMatch de l'année: À Zurich, ils ne sont pas trop inquiets

Le match de l'année ne fait pas trop paniquer les ZSC Lions, qui semblent plutôt sûrs de leurs forces.

par
Julien Caloz
Arno del Curto et les Zurichois veulent défendre leur réputation.

Arno del Curto et les Zurichois veulent défendre leur réputation.

Keystone

Simon Graf est le journaliste de Tamedia qui suit les Zurich Lions tout au long de la saison. Il fera donc le déplacement aux Vernets ce soir. N'a-t-il pas trop peur de repartir bredouille en Suisse alémanique? «Oh si j'ai peur», se marre-t-il depuis Zurich où, il l'affirme, l'équipe se sent prête à relever le défi. «Les joueurs ont compris qu'ils devaient tout donner et vraiment jouer forts. Samedi contre Rapperswil, ils ont réussi leur meilleur premier tiers depuis longtemps.» Résultat : 3-0 après 20 minutes (6-2 score final).

Retrouvez nos premiers épisodes de la journée sur ce match décisif.

> 1. Match de l'année: une anomalie du calendrier

> 2. Le match de l'année aura lieu à guichets fermés

> 3. Match de l'année: cinq raisons de croire en Genève

> 4. Match de l'année: l'amitié entre parenthèses

> 5. Match de l'année: Genève favori des experts

> 6. Match de l'année: il vaut de l'or

Les Lions auraient pu bousculer leurs habitudes et venir au bout du lac dimanche déjà, mais ils ont choisi de ne pas bouleverser leur préparation. «Warm-up lundi matin puis voyage en car», détaille Simon Graf. Le journaliste s'attend à ce qu'Arno Del Curto reconduise la même équipe que samedi. Le discours du coach sera-t-il différent pour ce match décisif? Del Curto est un motivateur hors-pair, mais Simon Graf l'assure : «Dans ce genre de rencontres décisives, pas besoin de motivateur. Je pense que les Zurichois peuvent passer s'ils jouent comme ils savent le faire.»

Chris McSorley a changé

Les visiteurs savent qu'ils ont beaucoup à perdre. De l'argent («plus d'un million de francs s'ils vont en play-outs», selon Graf) bien sûr mais «l'argent, c'est complètement égal à Zurich. C'est leur réputation, leur standing qui est en jeu. Échouer aux portes des play-offs serait un désastre», relève le journaliste alémanique Klaus Zaugg, qui ne croit pas vraiment à ce scénario catastrophe. «Je vois 3-1 pour Zurich.»

Surtout, il voit un Chris McSorley passif. «Ce n'est plus le vrai Chris d'avant. Il a changé depuis son éviction en 2017. Si Zurich gagne 3-1 ce soir, je pense qu'il restera à la bande jusqu'à la fin de la rencontre. A l'époque, il aurait pris une pénalité de match après le troisième but des visiteurs!»

Ton opinion