Covid-19 et dictature - Mauro Poggia mouche les «résistants d’opérette autoproclamés»
Publié

Covid-19 et dictatureMauro Poggia mouche les «résistants d’opérette autoproclamés»

Le chef de la Santé genevoise s’en prend à ceux qui évoquent les heures sombres de la guerre 39-45 pour se définir comme les seuls défenseurs de la liberté.

par
Eric Felley
Le conseiller d’État est particulièrement agacé par les «complotistes» qui évoquent la Seconde Guerre mondiale pour noircir la situation actuelle et les mesures prises contre le Covid-19.

Le conseiller d’État est particulièrement agacé par les «complotistes» qui évoquent la Seconde Guerre mondiale pour noircir la situation actuelle et les mesures prises contre le Covid-19.

Vincenzo Poggia, le père du conseiller d’État genevois en charge de la Santé, était un résistant durant la guerre 39-45. Son fils Mauro Poggia aime à le rappeler ce lundi, alors que dans les milieux «complotistes» ou antivax, on veut comparer la situation à celle qui prévalait à l’époque de la Seconde guerre mondiale. Ce week-end encore, certains opposants en France n’ont pas hésité à comparer Emmanuel Macron à Adolf Hitler ou à détourner des images d’Auschwitz pour illustrer la présente actualité sur le front du virus.

Sur son blog de la Tribune de Genève, Mauro Poggia veut remettre les pendules à l’heure au regard de l’Histoire: «Étant moi-même fils de résistant, et pour avoir entendu de la bouche de celui qui les a vécus, des récits empreints de convictions, d’angoisses, d’espoirs et de courage, je considère que de vous assimiler à ces combattants de la liberté, assis devant vos tablettes, dans le confort de vos salons, est non seulement le signe d’une inculture que nous soupçonnions déjà, mais plus encore d’une indécence qui insulte leur mémoire».

«Si le virus était un régime politique…»

Face à la posture, ou plutôt l’imposture de certains comme étant les «derniers résistants», Mauro Poggia ne leur laisse guère d’illusions: «Il se trouve que vous êtes exactement le contraire de ce que vous prétendez. Si le virus était un régime politique tyrannique, vous en seriez les meilleurs défenseurs, en permettant son avancée sournoise. Car contrairement à vous, les résistants de 39-45, étaient prêts à sacrifier leur liberté, et mieux encore leur vie, pour nos libertés. Alors que vous, résistants d’opérette autoproclamés, vous êtes prêts à sacrifier nos libertés, et pire encore nos vies, au nom de votre liberté personnelle».

Votre opinion