Publié

Commerce équitableMax Havelaar a le vent en poupe

La vente des produits certifiés par la fondation a généré en Suisse un chiffre d'affaires en hausse de 8% à 328 millions de francs en 2011. Quant à l'assortiment, il s'est étoffé à plus de 1600 articles.

Max Havelaar a décidément la banane, avec un chiffre d'affaires en hausse et un assortiment qui ne cesse de progresser.

Max Havelaar a décidément la banane, avec un chiffre d'affaires en hausse et un assortiment qui ne cesse de progresser.

Keystone

«Avec des dépenses en produits Fairtrade par habitant et par an de 41 francs en 2011, les Suisses sont champions au plan mondial», a déclaré jeudi à l'ats la directrice de Max Havelaar, Nadja Lang.

«Nos distributeurs se classent régulièrement parmi les plus durables», souligne Nadja Lang, qui a repris les rênes de la fondation en janvier dernier. «L'offre en articles équitables, qui a doublé en cinq ans, n'a jamais été aussi vaste».

Ainsi Coop a converti son propre assortiment de chocolat, café et riz, à la qualité Fairtrade, contribuant largement aux bons résultats de la fondation l'an passé. Les fruits «convenience» de Betty Bossi affichent également des records.

Percée dans la restauration

Le label poursuit par ailleurs sa percée dans le secteur de la restauration, où sa présence a augmenté de 18% par rapport à 2010. Désormais sa part au chiffre d'affaires global de Max Havelaar atteint 11%, contre 3% voici 5 ans, indique Nadja Lang.

Pour la directrice, la priorité va désormais à la sensibilisation des partenaires à l'offre existante. «Notre objectif est que le consommateur helvétique dépense 100 francs par an en produits certifiés.»

Il s'agira en outre d'exploiter le potentiel dans la branche de la gastronomie et, à l'instar de Coop, de promouvoir la conversion de produits familiers. «La production équitable ne doit plus être l'exception. La Suisse peut devenir pionnière», insiste Nadja Lang.

Produits sensibles à la crise

Produit certifié phare, les bananes ont vu leurs ventes légèrement reculer l'an passé, pression à la baisse sur les prix oblige. Mais la part de marché a crû à 55,3%. Sensibles à la crise, les roses, vendues par Migros, ont quant même progressé de 5% sur un an.

Les ventes de cacao ont plus que doublé par rapport à l'an dernier. En revanche, le café torréfié vendu au détail a dû jouer des coudes. Au final, le chiffre d'affaires a crû de 15% à la faveur de la hausse des prix dans la distribution.

Le secteur textile a lui aussi souffert, excepté les vêtements pour enfants. Max Havelaar annonce pour 2012 des projets de partenariat avec les magasins de mode PKZ, Schild et Blackout.

Primes Fairtrade rehaussées

Du côté des producteurs dans les pays du Sud, les recettes générées en Suisse ont bondi l'an dernier de 58,7 millions de francs à 70 millions, conséquence des prix élevés des matières premières.

Le volume total des primes Fairtrade a gagné 15% pour s'établir à 5,4 millions de francs. Car elles ont notamment été rehaussées l'an dernier sur le café, le jus d'orange et le cacao.

Au final, les recettes équitables ont surpassé de près de 12% celles que les producteurs auraient perçues dans le cadre du commerce traditionnel, indique Max Havelaar dans son rapport annuel.

Quant au label cousin Step, actif dans l'industrie du tapis, les recettes de licences ont stagné en 2011, en raison de la conjoncture morose et de la faiblesse de l'euro.

(ats)

Votre opinion