Automobilisme - Max Verstappen déjà devant, Bottas se rate dans les stands
Publié

AutomobilismeMax Verstappen déjà devant, Bottas se rate dans les stands

Le pilote Red Bull a signé le meilleur chrono de la journée de vendredi sur le circuit de Spielberg. Lewis Hamilton avait été plus rapide encore, mais son tour a été annulé pour avoir débordé les limites de la piste.

par
Luc Domenjoz

Le chasseur et le chassé

Ce week-end, sur le circuit de Spielberg, la lutte pour la victoire va sans doute se limiter à un duel entre les Red Bull et les Mercedes - voire même à un duel entre Max Verstappen et Lewis Hamilton.

Vendredi, au terme des deux heures d’essais libres, Max Verstappen était crédité du meilleur chrono. Après avoir déjà remporté deux Grands Prix sur ce même circuit (en 2018 et 2019), le Néerlandais s’y présente en grand favori sur une piste qui appartient à Red Bull.

«Le fait d’avoir déjà gagné ici ne nous donne pas de statut spécial, rétorquait pourtant Max Verstappen jeudi. Les Mercedes seront très rapides, on l’a vu l’an dernier.»

Comme c’est le cas depuis le début de la saison, les Red Bull se montrent généralement les plus rapides sur un tour, au cours des essais, alors que les Mercedes excellent en rythme de course, le dimanche – Lewis Hamilton aurait probablement remporté le Grand Prix de France, dimanche dernier, sans une erreur de stratégie reconnue par son équipe.

Bottas pénalisé de trois places

Drôle d’incident, vendredi après-midi, dans la voie des stands: au moment de quitter son stand après une simulation de changement de pneus, Valtteri Bottas est parti en tête-à-queue pour se retrouver devant le stand McLaren, en travers. Sans toucher personne.

Plus de peur que de mal, donc, et les mécaniciens McLaren ont poussé sa voiture pour le remettre droit. «On perdait parfois du temps en partant des stands, expliqua Valtteri Bottas. On a donc juste essayé quelque chose de différent, je suis parti en deuxième vitesse plutôt qu’en première, mais ça a fait patiner les roues, ça m’a surpris, et je n’ai pas réussi à contrôler la voiture.»

Après analyse de la situation, les commissaires sportifs du Grand Prix de Styrie l’ont condamné à une pénalité de trois places sur la grille de départ, jugeant ce qui s’est produit comme «une conduite potentiellement dangereuse, tout spécialement parce que des mécaniciens se tenaient à cet endroit».

Cette pénalité tombe assez mal pour le Finlandais après un début de saison 2021 plutôt raté: Valtteri Bottas ne pointe qu’à la cinquième place du classement, avec moins de la moitié des points de son équipier Lewis Hamilton, et sans avoir fait mieux qu’une troisième place.

Valtteri Bottas comptait se reprendre sur le circuit de Spielberg, et peut-être remporter sa première victoire de la saison, histoire de se faire remarquer par les patrons des autres écuries au moment de chercher un autre volant pour 2022 (son contrat avec Mercedes se terminant cette année). Avec trois places de pénalité sur la grille, dimanche, sa tâche va s’avérer compliquée.

La Turquie revient

Le Grand Prix de Turquie, prévu pour remplacer le Canada, avait lui-même été remplacé par le Grand Prix de Styrie - celui de ce week-end - après que la Turquie a été ajoutée à la liste des pays nécessitant une quarantaine par les autorités britanniques.

Mais après la décision d’annuler la course de Singapour, le Grand Prix de Turquie retrouve une place au calendrier, début octobre. D’autres changements sont attendus, notamment l’annulation du Grand Prix d’Australie, prévu fin novembre.

Mick Schumacher sera mieux assis

Depuis le début de la saison, Mick Schumacher se plaint de son siège-baquet, qui serait mal adapté à son dos. Mais comme il ne voulait pas créer de problème, le jeune Allemand n’a rien dit à son équipe. Il s’en est par contre ouvert à Sebastian Vettel à l’arrivée du Grand Prix de France, dimanche dernier. «Sebastian m’a conseillé de casser le siège pour qu’ils me le remplacent», raconte Mick Schumacher.

L’affaire eut alors un certain écho dans la presse germanique, Sebastian Vettel s’amusant à raconter l’anecdote: «Il ne faut pas toujours suivre mes conseils, ajoutait-il, parce que je ne pense pas que l’écurie Haas pourrait produire un nouveau siège en quelques jours.»

Finalement, Günther Steiner, le patron de l’écurie Haas, a entendu parler du siège de son pilote par la voix de Corinna Schumacher, la maman du pilote. «Nous allons mouler un nouveau siège pour Mick, pour qu’il soit mieux assis, explique désormais Günther Steiner. Mais je n’étais pas au courant qu’il y avait le moindre problème avant que Corinna ne m’en parle. Et Mick lui-même dit qu’il n’y a pas urgence. Ça ne doit pas être si grave, il n’y avait pas de quoi en faire un tel drame…»

Votre opinion