31.08.2017 à 01:00

Royaume-UniMay veut rester jusqu'aux prochaines élections

La Première ministre britannique Theresa May compte rester au pouvoir jusqu'au prochain scrutin prévu en 2022.

1 / 150
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)

Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)

AFP
La chancelière allemande a lancé une pique à l'intention de Theresa May devant des industriels allemands. «Il ne reste que «six à huit semaines pour trouver un accord», a noté la chancelière allemande. (25 septembre 2018)

La chancelière allemande a lancé une pique à l'intention de Theresa May devant des industriels allemands. «Il ne reste que «six à huit semaines pour trouver un accord», a noté la chancelière allemande. (25 septembre 2018)

AFP

Theresa May se dit déterminée à rester à la tête du gouvernement britannique jusqu'au prochain scrutin législatif, qui n'est pas prévu avant 2022. Une façon pour elle de faire taire les rumeurs sur son éventuelle démission à l'issue du Brexit, en 2019.

La Première ministre est contestée depuis son pari raté des élections législatives anticipées du mois de juin. Son parti a perdu la majorité absolue à la Chambre des communes au moment où elle espérait au contraire arriver renforcée aux négociations sur la sortie de l'Union européenne.

Après s'être platement excusée pour son erreur de jugement, Theresa May a obtenu un sursis en raison notamment de la crainte de nombre d'élus conservateurs de déclencher une crise politique qui pourrait porter l'opposition travailliste au pouvoir.

«Je ne suis pas du genre à abandonner»

Certains de ces élus n'ont cependant pas fait mystère du fait qu'ils considéraient désormais la Première ministre comme une simple dirigeante intérimaire jusqu'à la fin du processus de sortie de l'UE. Mais Theresa May ne l'entend pas de cette oreille et l'a martelé lors d'une interview accordée à la chaîne ITV News à l'occasion d'un déplacement au Japon. «Je ne suis pas du genre à abandonner», a-t-elle déclaré.

Interrogée dans une autre interview à la BBC sur son intention de mener le Parti conservateur aux prochaines élections législatives, elle a répondu: «Oui, je suis là sur le long terme et c'est crucial, car ce que moi et mon gouvernement voulons, ce n'est pas juste réussir le Brexit, mais offrir un avenir meilleur au Royaume-Uni.»

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!