15.03.2019 à 22:11

Hockey sur glaceMcSorley: «Je pense que Berne a été choqué»

A Berne, Chris McSorley a remporté, selon ses dires, un des matches les plus fous de sa carrière.

par
Grégory Beaud, Berne
Keystone

Chris McSorley fêtera ses 57 ans dans une semaine. L'Ontarien a commencé le coaching à la fin des années 80. Autant dire qu'il en a vu d'autres. Pourtant, il a avoué, après avoir battu Berne 2-3 après 95 minutes de jeu, avoir remporté l'un des matches les plus fous de sa carrière. «Cela fait clairement partie des plus incroyables, a-t-il soufflé après le succès. Je pense que ce soir, Berne a été choqué par notre victoire. Nous aurions dû gagner mardi et peut-être qu'ils auraient dû gagner celui-ci. Mais au bout du compte, je pense que les résultats sont justes.»

Toujours fringant, il sait pourtant qu'il est sur un siège éjectable. Mais il se voit bien y rester encore un peu malgré les rumeurs d'un sort qui serait déjà scellé en coulisses. «C'est pour ces moments que l'on décide de devenir entraîneur, apprécie-t-il. Ce genre d'émotions fait aimer ce job. Et pour être honnête avec vous, j'espère que cela va continuer encore.» Pense-t-il à cette saison ou voit-il plus loin? Il n'en dira pas plus et se contentera de sourire.

«Tômmernes? C'est une bête»

L'entraîneur Chris McSorley pourra également féliciter le directeur sportif Chris McSorley. C'est en effet lui qui est allé chercher Henrik Tömmernes en Suède la saison dernière. Après une première saison mitigée sous la direction de Craig Woodcroft, l'arrière a vécu un second exercice fantastique. Sa montée en puissance s'est poursuivie à Berne ce jeudi soir. Le Scandinave a patiné durant plus de 40 (!) minutes. 40'56 pour être exact. Un record en Suisse. «C'est une bête, a apprécié le technicien. C'est un défenseur de classe mondiale et j'ai une sacrée chance de pouvoir compter sur lui dans mon équipe.»

Dans les couloirs des vestiaires genevois, les sourires étaient nombreux, même si les muscles brûlaient. Ce vendredi n'a pas été de trop pour se refaire une santé. «Berne ne va pas paniquer, a prévenu Chris McSorley. Nous avons éliminé leur avantage de la glace. Si nous gagnons chez nous samedi, Berne devra nous battre trois fois de suite pour nous éliminer. J'aime bien cette hypothèse.» Et, accessoirement, le technicien doit sûrement apprécier l'idée de prolonger l'aventure sur le banc des Vernets. De quelques jours en tout cas.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!