Publié

Hockey sur glaceMcSorley: "Que Davos fasse son travail et nous le nôtre"

Après la défaite contre les Kloten Flyers, l'entraîneur de GE Servette ne perd pas encore espoir de jouer les play-off.

par
Christian Maillard
Chris McSorley, entraîneur de GE Servette.

Chris McSorley, entraîneur de GE Servette.

Keystone

Alors que son équipe vient d'égarer trois points précieux, que Bienne a réussi,à Ambri, à repasser devant les Aigles au classement, Chris McSorley ne perd pas la foi et le sourire. "Je ne suis pas déçu de mon équipe", lâche l'Ontarien, conscient que ses hommes ont tout donné sur la glace contre des Aviateurs qui ont pris de la hauteur dans le dernier tiers (4-6) d'un match qui avait pourtant bien commencé poiur les Genevois. Ne menaient-ils pas 3 à 0 après 34 minutes de jeu? "Mais, soupire le coach des grenats, on a perdu coup sur coup Tony Salmelainen (commotion) et Paul Savary (adducteurs) sur blessure et avec notre petit contingent ce n'était plus la même chose pour rivaliser avec une équipe aussi forte que Kloten."

Interrogé par la RSR, Kevin Hecquefeuille revenait sur le 3 à 2 inscrit par Micki Dupont, le tournant. "Ce but nous a fait paniquer, on s'est mis à reculer et avec la fatigue, je ne sais pas ce qui s'est passé mais..." Le défenseur français est conscient que sa formation aurait dû, à ce moment là, "faire le dos rond" contre un adversaire si fort et si appliqué, après avoir jusque-là livré la marchandise. "Dans le jeu, on avait été parfait, renchérit l'international tricolore. Mais une fois qu'on a été moins agressifs, qu'on les a laissé jouer, cela est devenu compliqué. Je ne crois pas qu'on puisse parler de relâchement, car depuis quelques semaines on livre des combats, on sait que nous devons rester concentrés soixante minutes..."

Ce "combat" passionnant se poursuit pour les Servettiens ce soir du côté du Hallenstadion. "On va y croire jusqu'au bout, j'ai d'ailleurs toujours dit que cela se jouerait lors de la dernière journée, sourit Kevin Hecquefeuille. Mais malheureusement, on n'aura plus les clés en main." Et Chris McSorley de conclure: "Que Davos fasse son travail à Bienne et nous le nôtre à Zurich." Réponse ce samedi soir, après 22 heures...

Ton opinion