Actualisé

téléchargementMega, nouveau paradis du piratage

Kim Dotcom, s'est excusé mardi des ratés de son nouveau site de partage de fichiers, baptisé Mega. Malgré les lenteurs, fichiers personnels et films piratés y affluent.

«Mega.co.nz» a attiré un million de visiteurs au cours des 14 premières heures et plus de 500'000 utilisateurs inscrits.

«Mega.co.nz» a attiré un million de visiteurs au cours des 14 premières heures et plus de 500'000 utilisateurs inscrits.

AFP

Mega est victime de son succès, selon Kim Dotcom. «La publicité mondiale dont a bénéficié le lancement de Mega est tout simplement trop importante à gérer pour notre start-up. Je m'excuse pour la faible qualité de nos services», écrit sur son compte Twitter Kim Dotcom.

Lancé dimanche, un an après la perquisition au manoir de Kim Schmitz par la police néo-zélandaise, «mega.co.nz» a attiré un million de visiteurs au cours des 14 premières heures et plus de 500'000 utilisateurs inscrits, selon son fondateur.

Solution dans les 48 heures

Une équipe travaille sans relâche pour résoudre les difficultés rencontrées et le site devrait fonctionner normalement d'ici 48 heures, a assuré Kim Dotcom, refusant de donner des chiffres actualisés sur la fréquentation du site. «Si je vous le disais (...), vous ne me croiriez pas. Je ne peux pas le croire moi-même. Alors je ne le dis pas».

En attendant, l'accès au site est très aléatoire. Le chargement de fichiers se fait à une incroyable lenteur, lorsque le transfert ne plante pas purement et simplement avant la fin. Qu'à cela ne tienne, les premiers liens vers des films et disques piratés sont apparus sur les moteurs de recherche spécialisé, tels Search On Mega.

Site sécurisé

Mega se présente comme un service de stockage en ligne (en réseau virtuel «cloud») proposant 50 Go de stockage, une offre supérieure à ses concurrents. Kim Dotcom l'a annoncé hyper sécurisé et plus puissant que MegaUpload, fermé il y a un an par les autorités américaines.

Le cryptage permet en passant à Mega de se dédouaner face à l'hébergement de contenus piratés: les propriétaires de la plate-forme sont dans l'incapacité technique de connaître la nature des fichiers qu'ils hébergent.

(SK/ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!