Football: Meho Kodro reste prudent
Publié

FootballMeho Kodro reste prudent

L'entraîneur du Servette FC n'a pas confirmé les contacts avec la Fédération de Bosnie-Herzégovine. Mais pas non plus affirmé avec force qu'il resterait à Genève quoi qu'il arrive...

par
Tim Guillemin
Genève
Le Servette FC, qui a battu Vaduz 2-0 vendredi, court-il le risque de perdre son entraîneur?

Le Servette FC, qui a battu Vaduz 2-0 vendredi, court-il le risque de perdre son entraîneur?

Eric Lafargue

Interrogé peu après la victoire 2-0 de Servette face à Vaduz vendredi, Meho Kodro a été d'accord de s'exprimer sur sa situation personnelle. Plusieurs médias bosniens avaient fait état, un peu plus tôt dans la journée, de contacts entre l'entraîneur du SFC et des membres de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, qui auraient fait de lui leur priorité pour le poste de sélectionneur national.

«J'ai eu beaucoup d'appels de journalistes bosniens depuis hier. J'ai répondu à deux d'entre eux.. Ce sont des rumeurs, des articles de journaux. Je n'ai eu aucun contact avec la Fédération», a commencé par dire le technicien. Avant d'affirmer tout son respect pour Mecha Bazdarevic, l'actuel sélectionneur, qui est sous contrat pour quelques jours encore.

«Je vois où vous voulez m'emmener..».

Et puis est arrivée la vraie question: pouvait-il affirmer aujourd'hui qu'il resterait à Servette si d'aventure une proposition émanant de Bosnie-Herzégovine, son pays, arrivait? Une question simple, qui a débouché sur une pirouette, après une brève hésitation: «Je vois où vous voulez m’emmener. Je ne rentre pas là-dedans. On parle d’une hypothèse et je ne veux pas la commenter.» Didier Fischer, le président du SFC, aurait préféré un oui clair et massif, c'est une certitude...

Forcément, l'intérêt de la sélection bosnienne ne peut pas laisser Meho Kodro indifférent. Il a déjà entraîné les «Zmajevi» (les Dragons), en 2008, ayant été licencié au bout de quelques mois, pour des raisons extra-sportives. Ses tourmenteurs de l'époque ne sont plus là et la sélection de Bosnie, même si elle se trouve dans une situation de crise sportive, reste une destination intéressante. Si l'offre venait à se concrétiser, Meho Kodro se trouverait face à un sacré choix.

Sous contrat jusqu'à la fin de la saison, avec option

«Il est sous contrat jusqu'en juin 2018, avec option pour une prolongation, a rappelé le président du SFC, Didier Fischer. Après, s’il y a une surprise, ma foi… Je suis là pour gérer la vie du Servette FC, pas celle de Meho Kodro. Tout ce que je peux dire à son sujet, c’est que nous sommes très contents de lui et que c’est un très bon entraîneur.»

La petite phrase de Bojan Dimic

Croisé un peu plus tôt, Bojan Dimic, l'assistant de l'entraîneur, a lui lâché une toute petite phrase, qui pouvait sembler innocente: «Il n'y a que deux personnes qui savent ce qui va se passer, Meho et moi.» Etait-ce une blague? Ou l'aveu que les deux hommes avaient déjà réfléchi à la question, au moins un peu? L'avenir, sans doute très proche, le dira.

Votre opinion