Mariage entre Harry et Meghan: Mélenchon dénonce «une parade de Disneyland»
Publié

Mariage entre Harry et MeghanMélenchon dénonce «une parade de Disneyland»

Le leader de la France insoumise a peu goûté le mariage princier samedi. Il évoque même «la débilité» du régime monarchique britannique.

1 / 80
La reine Elizabeth II a donné quelques «jours» à la famille royale pour se mettre d'accord sur une «solution» à la mise en retrait voulue par le prince Harry et sa femme Meghan, annoncée sans la consulter. (Jeudi 9 janvier 2020)

La reine Elizabeth II a donné quelques «jours» à la famille royale pour se mettre d'accord sur une «solution» à la mise en retrait voulue par le prince Harry et sa femme Meghan, annoncée sans la consulter. (Jeudi 9 janvier 2020)

Keystone
Le jeune papa est ravi.

Le jeune papa est ravi.

Steve Parsons, AFP
Le Prince Harry a déclaré devant les médias 'être sur un petit nuage'.

Le Prince Harry a déclaré devant les médias 'être sur un petit nuage'.

Steve Parsons, AFP

Le fondateur du mouvement de gauche radicale La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, s'est dit dimanche «goguenard (...) devant la débilité» du régime monarchique au lendemain du mariage du prince britannique Harry et de Meghan Markle. «On s'en fiche, voyez-vous, ils font ce qu'ils veulent, mais ce n'est pas notre cup of tea (tasse de thé, NDLR) la monarchie, en France», a réagi M. Mélenchon, interrogé sur cette union, lors de l'émission télévisée Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.

«On regarde tout ça avec avec un peu d'humour, on se dit les pauvres, ils s'offrent une parade de Disneyland . Les vrais républicains regardons goguenards, avec un sourire, un rictus amusé, devant la débilité de ce type de régime», a-t-il ajouté, estimant que les Britanniques «pourraient parfaitement se passer des rois qui leur coûtent cher et pour rien». «La monarchie, ce n'est pas un régime qui fait envie, par exemple, la monarchie saoudienne ne fait pas envie», a-t-il insisté.

«Figure du roi»

Pour Jean-Luc Mélenchon, ce mariage, devenu un événement planétaire et populaire, revient à «un exercice de dressage». «Il est fait pour habituer les esprits à l'idée qu'il est normal que certains dominent sans qu'on sache pourquoi, juste pour s'être donné le mal de naître dans le bon berceau avec une cuillère d'argent dans la bouche», a-t-il estimé.

M. Mélenchon est aussi revenu sur certains propos du président français Emmanuel Macron, qui avait assuré en 2015 que dans la politique française il y avait un «absent», à savoir «la figure du roi», dont «fondamentalement (...) le peuple français n'a pas voulu la mort». «Si l'idée est d'arriver à la fin à dire que M. Macron a raison de dire que les Français sont en deuil d'un monarque et qu'il est disponible pour la fonction, alors non», a-t-il rétorqué. «Nous sommes les plébéiens, les Français sont un peuple de rebelles qui n'aiment guère qu'on les régente», a-t-il poursuivi.

(AFP)

Votre opinion