30.03.2019 à 13:09

TennisMême les filles de Federer n'en revenaient pas

Après son succès en demi-finale contre Denis Shapovalov, 19 ans, le Bâlois a dévoilé une petite anecdote familiale.

von
Jérémy Santallo
Capture d'écran.

Capture d'écran.

Twitter

C'est la semaine des premières pour Roger Federer à Miami. Après avoir difficilement pris la mesure de Radu Albot au 1er tour du Masters 1000 floridien - il avait même avoué avoir été impressionné par le Moldave -, le Bâlois aurait pu appréhender quelque peu sa grande première face à Denis Shapovalov, une des étoiles montantes de la nouvelle génération, en demi-finales vendredi.

Que nenni! L'homme aux 20 titres en Grand Chelem a pris à la gorge d'entrée la pépite canadienne, assurément nerveuse au moment d'affronter son idole. Shapovalov a eu toutes les peines du monde à remporter son premier jeu avant d'enchaîner les fautes directes, surtout provoquées par l'excellent niveau de jeu de Federer. Le «teenager» n'a jamais été en mesure de vraiment livrer bataille au «Maître».

«Avant de partir, j'ai dit à mes filles que Shapovalov n'était pas encore né quand j'ai débuté sur le circuit professionnel. Elles m'ont répondu 'Quoi? Attends une seconde'. J'ai fait le calcul et elles m'ont dit: 'Alors ce gars-là est vraiment jeune?' Et moi je me disais 'Oui, je suis vraiment vieux», a rigolé le Suisse de 37 ans dans le Hard Rock Stadium, évoquant la différence d'âge avec sa victime du soir, âgée de 19 ans.

«Je pense que j'ai eu un peu le bonus de ma carrière peut-être, le fait d'être son idole. Je ne sais pas, a poursuivi «RF» en conférence de presse, selon des propos rapportés par L'Equipe. J'avais eu le même sentiment contre (Alexander) Zverev quand je l'avais joué à Rome (en 2016) pour la première fois (...) Il voulait trop bien faire et les coups ne sortaient pas de la raquette comme d'habitude.»

Vaincu par plus fort que lui, Denis Shapovalov a été impressionné. «C'est un peu irréel de l'avoir en face (...) J'étais un peu tendu au début et il a commencé très fort, peut-on lire, toujours sur L'Equipe. Je ne pense pas qu'il ait une quelconque faiblesse. C'est pour ça qu'il est le GOAT (Greatest of all time, le plus grand joueur de l'histoire)», a dit «Shapo», dont le meilleur souvenir de la soirée restera «l'échauffement».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!