Football – Depay sauve le Barça, et l’Atlético Madrid se relance

Publié

FootballDepay sauve le Barça, et l’Atlético Madrid se relance

Lors de la 27e journée de Liga, les Catalans ont eu chaud, mais ont finalement battu Elche 2-1. Quant aux Madrilènes ils se hissent à la 4e place suite à leur victoire sur le Betis 3-1.

L’attaquant néerlandais Memphis Depay a inscrit le penalty de la victoire pour Barcelone, à la 84e minute de jeu.

L’attaquant néerlandais Memphis Depay a inscrit le penalty de la victoire pour Barcelone, à la 84e minute de jeu.

AFP

Grâce à Memphis Depay, le FC Barcelone a dominé Elche 2-1 sur le fil dimanche, et monte provisoirement sur le podium du championnat devant le Betis Séville, qui reçoit l’Atlético Madrid en soirée (21 h 00).

Les Catalans ont encaissé un but de Fidel juste avant la pause (44e) sur une frappe croisée du gauche consécutive à une passe en retrait ratée de Pedri, mais ont égalisé par un but opportuniste de Ferran Torres (61e), et ont pris les devants à la 84e minute sur un penalty transformé par l’avant-centre néerlandais après une main d’Antonio Barragan dans la surface.

Un penalty frappé en force dans la lucarne droite qui prolonge miraculeusement la belle dynamique des Blaugranas (quatre victoires en quatre matches), à quatre jours de leur 8e de finale aller de Ligue Europa au Camp Nou contre Galatasaray, jeudi.

Malgré les trois points, Xavi peut se gratter la tête. Car même Pedri, le prodige loué par le technicien catalan, a connu un jour sans dimanche, au sud d’Alicante.

C’est sur une passe en retrait hasardeuse du jeune milieu de terrain que le capitaine d’Elche a ouvert la marque, d’une frappe placée au ras du poteau qui a trompé Marc-André ter Stegen.

La main de fer de Ter Stegen

Heureusement, le portier allemand a encore une fois sauvé les siens d’une débandade majeure. D’une parade éclair, il a repoussé la reprise de Pere Milla qui se dirigeait tout droit vers la lucarne au-dessus de sa barre transversale à la 64e, maintenant ainsi son équipe à flots.

Et à la 90e+5, dans une fin de match électrique où deux possibles penalties pour Elche ont été refusés par l’arbitre, Ter Stegen s’est allongé de tout son corps pour détourner une tête de Guido Carrillo et préserver la victoire.

Mais son homologue d’Elche Edgar Badia a aussi eu ses moments: à la 75e, il s’est interposé face à Ferran Torres, et une minute plus tard, il a encore stoppé la reprise du plat du pied droit du buteur barcelonais entré en jeu à la 46e à la place de Gavi.

Malgré l’absence de Javier Pastore, blessé et expulsé sur carton rouge direct à la 86e alors qu’il était sur le banc, Elche a réussi à accrocher ce Barça renaissant sur son terrain… et peut avoir des regrets. Cette défaite à domicile ne lui assure pas encore le maintien (14e avec 29 pts, à cinq points du premier relégable).

Pour les Catalans, qui poursuivent leur opération remontée au classement, ce succès heureux fait office de cache-misère. Ils devront faire mieux, jeudi contre Galatasaray, pour continuer l’aventure européenne.

Joao Felix propulse l’Atlético vers le top 4

Les Colchoneros ont marqué un but express dès la 2e minute grâce à Joao Felix et se sont fait rejoindre juste avant la pause (45e+6) sur une superbe reprise du gauche de Cristian Tello. Mais ils ont réussi à arracher la victoire grâce à un nouveau but du joyau portugais, servi à la 61e par un Marcos Llorente en feu, puis un ultime but signé Thomas Lemar à la conclusion d’un superbe travail d’Antoine Griezmann sur l’aile droite (80e).

Un succès primordial sur la pelouse d’un adversaire direct dans la course aux places qualificatives pour la Ligue des champions, dix jours avant le 8e de finale retour de C1 à Old Trafford contre Manchester United (1-1 à l’aller).

La première période, électrique et rythmée par les blessures, a donné le ton du match. Dans un Benito-Villamarin presque plein, le Betis a perdu Andrés Guardado dès la 11e minute (remplacé par le buteur Cristian Tello), et Simeone a dû composer avec les blessures de Sime Vrsaljko (remplacé par Yannick Carrasco à la 21e) et d’Angel Correa (remplacé par Antoine Griezmann à la 26e).

Mais le banc rojiblanco a fait la différence.

Paradoxalement, c’est en première période que les Madrilènes ont eu leur premier ballon de la victoire: à la 35e, un but tout cuit, à trois contre le gardien, a été gâché par une passe imprécise de Yannick Carrasco interceptée par William Carvalho. Et à la 55e, Felipe a touché la base du poteau après une tête sur corner.

Pour le Betis de Nabil Fekir, ce revers à domicile fait tache, entre une qualification pour la finale de Coupe du Roi validée jeudi et un 8e de finale aller de Ligue Europa contre l’Eintracht Francfort prévu mercredi.


(AFP)

Ton opinion