Publié

ThaïlandeMenace d'attaques «terroristes» à Bangkok

Les lieux touristiques de la capitale thaïlandaise sont sous alerte. Selon l'ambassade des Etats-Unis, une attaque terroriste se préparerait dans la ville.

Le temple de marbre de Bangkok.

Le temple de marbre de Bangkok.

Keystone

L'ambassade des Etats-Unis en Thaïlande a mis en garde vendredi contre de possibles attaques de "terroristes étrangers" dans les lieux touristiques de la capitale, mais Bangkok a immédiatement appelé à ne pas s'inquiéter.

"Ce message avertit les citoyens américains en Thaïlande que des terroristes étrangers pourraient en ce moment envisager de mener des attaques contre des zones touristiques à Bangkok dans un futur proche", a indiqué l'ambassade sur son site internet.

L'ambassade américaine appelle ses ressortissants à rester "très vigilants" dans les lieux publics et signaler tout paquet abandonné aux autorités.

"Nous vous encourageons également à garder profil bas dans les lieux publics, en particulier les zones fréquentées par les touristes étrangers".

Spécifique à Bangkok

"Notre information aux citoyens américains est réelle et spécifique à Bangkok", a insisté l'ambassadrice Kristie Kenney sur le site de micro-blog Twitter.

Le ministre thaïlandais de la Défense, le général Yutthasak Sasiprapha, a confirmé que son gouvernement avait bien été contacté jeudi soir par les Américains "concernant deux terroristes entrés en Thaïlande".

"Ce sont deux musulmans (...), ils sont des ennemis d'Israël (...). Il ne faut pas s'inquiéter", a-t-il ajouté, se disant "confiant" qu'ils seraient arrêtés dès vendredi.

"Pour les citoyens thaïlandais, il n'est pas nécessaire d'annoncer une quelconque alerte, parce que cela provoquera la panique et affectera notre tourisme".

Manifestations en 2010

Le tourisme avait été victime au printemps 2010 des manifestations du mouvement des "chemises rouges" qui avaient occupé le centre de Bangkok pendant deux mois pour réclamer la démission du gouvernement de l'époque, avant d'être délogés par l'armée.

La crise, la plus grave qu'ait connue la Thaïlande moderne, avait fait plus de 90 morts et 1900 blessés.

Attaques régulières au Sud

L'extrême-sud de la Thaïlande est par ailleurs régulièrement frappé par des attaques à la bombe et des fusillades, qui ont fait près de 5000 morts depuis 2004.

Mais ces attaques sont liées à un conflit de nature politique, même s'il s'est alimenté d'une dimension religieuse au sein d'une population majoritairement d'ethnie malaise et de confession musulmane, dans un pays à majorité bouddhiste.

Elles n'ont jusqu'à présent jamais visé d'Occidentaux, ni frappé hors de la région, frontalière avec la Malaisie.

Engins explosifs à Nouvel An

Les autorités avaient placé Bangkok en alerte pendant les festivités du nouvel an et renforcé la sécurité dans les lieux touristiques et commerciaux, après la découverte d'engins explosifs artisanaux.

Certains de ces sites avaient été le théâtre le 31 décembre 2006 d'une série d'explosions coordonnées qui avaient tué trois personnes et blessé plus de 30 autres. Elles n'avaient pas été attribuées.

Région sensible

Plusieurs pays d'Asie du Sud-Est ont été frappés ces dernières années par des attentats liés à des groupes islamistes.

Le 12 octobre 2002, trois explosions avaient soufflé plusieurs bars, boîte de nuit et restaurants à Bali, haut-lieu touristique de l'archipel indonésien, tuant 202 personnes, dont 88 Australiens.

L'Indonésien Riduan Isamuddin, dit Hambali, haut-dirigeant de la Jemaah Islamiyah réputée liée à Al-Qaïda et cerveau présumé de ces attentats, avait été arrêté en 2003 en Thaïlande et transféré à Guantanamo.

Depuis 2002, avec l'appui de leurs alliés occidentaux, l'Indonésie et les Philippines ont porté des coups sévères aux islamistes, mais les cellules continuent de recruter et la menace demeure, selon les spécialistes.

(AFP)

Ton opinion