Actualisé 30.05.2012 à 15:04

PharmaMerck Serono: les Genevois n'obtiennent rien à Darmstadt

Une rencontre, mercredi en Allemagne, entre la direction générale du géant pharmaceutique et une délégation du personnel genevois du groupe n’a pas donné de résultats, selon le syndicat Unia.

Les Genevois sont allés jusqu'au siège allemand pour négocier la fermeture du site. En vain.

Les Genevois sont allés jusqu'au siège allemand pour négocier la fermeture du site. En vain.

Keystone

Un millier de personnes se sont mobilisées sur place pour protester contre la fermeture du site de Genève. Une délégation d’environ 150 membres du personnel genevois de Merck Serono s’est rendue à Darmstadt pour protester contre le projet de suppression de 1500 postes à Genève, à l’occasion de la journée mondiale de la sclérose en plaques. Les manifestants en blouse blanche ont pénétré sur le site du groupe Merck à Darmstadt en sifflant et agitant des cloches de vaches et en brandissant banderoles et drapeaux du syndicat Unia. Des collègues allemands se sont joints à la manifestation, qui a réuni près d’un millier de personnes dans la matinée.

Des membres de la délégation du personnel de Genève ont rencontré deux membres de la direction générale, Dietmar Eidens et Kai Beckmann, ainsi que le président du conseil d’administration de Merck Serono François Naef.

Nervosité de la direction

«La direction ne lâche rien pour l’instant», a déclaré à l’ats, après l’entrevue, le secrétaire régional d’Unia Alessandro Pelizzari. «Le projet de fermer le site de Genève n’est pas remis en cause. Cela n’a pas bougé», a-t-il dit.

«Mais il régnait une certaine nervosité. Les membres de la direction sont embêtés. Ils ont repoussé l’annonce des restructurations du groupe en France et en Allemagne», a affirmé M. Pelizzari. La délocalisation d’un service en Pologne, impliquant le transfert de 230 personnes, suscite l’émoi à Darmstadt.

«Notre message a été clair: si les propositions qui seront présentées la semaine prochaine à la direction sur le maintien des emplois à Genève ne sont pas prises au sérieux, l’épreuve de force va se durcir», a déclaré le représentant d’Unia. Fort du mandat exprimé par près de 750 membres du personnel genevois, Unia réfute les accusations selon lesquelles son action est illégale.

Nouvelle phase

Des projets alternatifs ont été élaborés par le personnel, a expliqué Alessandro Pelizzari. Ils seront soumis jeudi à une assemblée générale à Genève, puis pour adoption à une autre assemblée prévue lundi, terme fixé par la direction pour la procédure de consultation.

Le personnel et le syndicat ont renoncé à demander une nouvelle prolongation du délai de consultation au-delà du 4 juin. Une nouvelle phase du conflit s’ouvrira ainsi la semaine prochaine, celle des négociations sur les propositions du personnel et le plan social.

Interrogé sur la solidarité du syndicat allemand vis-à-vis des employés suisses, Alessandro Pelizzari note qu’elle a ses limites. Le contexte est différent en Allemagne. La commission du personnel et le syndicat sont associés aux mesures prévues de restructuration par la direction, a-t-il relevé.

Seconde manifestation

La fermeture du site de Genève peut aider à maintenir les emplois en Allemagne, indique-t-on officieusement. Une seconde manifestation organisée par le personnel genevois en début d’après-midi à Darmstadt n’a ainsi réuni que 200 personnes, selon Unia. Les manifestants ont défilé depuis le siège de Merck jusqu’au centre- ville avant de reprendre le bus pour Genève.

La direction du groupe allemand a annoncé le 24 avril sa volonté de licencier 500 employés à Genève et d’en transférer 750 autres à Darmstadt, Boston et Pékin en fermant complètement le site racheté à Ernesto Bertarelli en 2006.

Fort de ses 40’000 employés, le groupe Merck a fait savoir le 15 mai qu’il espérait atteindre un chiffre d’affaires de 10,5 milliards d’euros en 2012. La division Merck Serono, qui employait, elle, 16’867 personnes fin 2011, dont 2100 en Suisse, a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!