Armes chimiques: Merkel: «Damas va devoir rendre des comptes»

Publié

Armes chimiquesMerkel: «Damas va devoir rendre des comptes»

La chancelière allemande et Trump mettent la pression sur le gouvernement syrien après les attaques chimiques sur les civils dans la Ghouta orientale.

1 / 150
Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Keystone
L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

Keystone
Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Keystone

La chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Donald Trump ont estimé que le régime syrien devrait «rendre des comptes» pour les attaques chimiques et les bombardements sur les civils dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, a indiqué vendredi la chancellerie. Les deux dirigeants veulent également une application immédiate de la trêve en Syrie.

«Le régime syrien devra rendre des comptes pour la détérioration continue de la situation humanitaire dans la Ghouta orientale. Cela vaut aussi bien pour l'usage d'armes chimiques par le régime Assad que pour les attaques sur les civils et le blocus de l'aide humanitaire», ont estimé Angela Merkel et Donald Trump lors d'un entretien téléphonique jeudi, selon le communiqué de la chancellerie.

Les deux responsables occidentaux ont par ailleurs appelé Moscou «à faire cesser sa participation aux bombardements de la Ghouta orientale et à amener le régime de Bachar el-Assad jusqu'à l'arrêt des opérations offensives contre les zones civiles». Ils ont aussi appelé Moscou, Téhéran et Damas à une application immédiate de la résolution du conseil de sécurité ordonnant un cessez-le-feu dans cette zone rebelle.

(ats)

Ton opinion