Publié

AllemagneMerkel ne veut pas revenir sur l'accord du Brexit

Après une rencontre avec Theresa May à Berlin, la chancelière allemande a expliqué qu'il n'y avait «pas de possibilités» de changer l'accord sur le Brexit.

Angela Merkel a jugé mardi après une rencontre avec son homologue britannique à Berlin qu'il n'y avait «pas de possibilités» de changer l'accord sur le Brexit, ont indiqué des sources proches de la chancelière. Celle-ci est néanmoins confiante qu'une solution puisse être trouvée.

Mme Merkel a tenu ces propos lors d'une réunion avec des députés de sa famille politique, qui s'est tenue dans la foulée de son entrevue avec Theresa May. La première ministre était venue en Allemagne pour tenter d'obtenir des concessions sur les conditions du retrait de son pays de l'UE, ont souligné des participants à cette réunion.

La chancelière a assuré être confiante dans le fait qu'une solution avec la Première ministre puisse encore être trouvée notamment parce qu'une majorité de députés britanniques ne veulent pas de sortie de leur pays de l'UE sans accord, selon des participants cités par l'agence allemande dpa.

Union douanière

Theresa May cherche à obtenir des assurances de ses partenaires européens sur la solution trouvée pour l'Irlande afin que le Royaume-Uni ne soit pas maintenu de façon permanente dans l'Union douanière avec l'UE, ce qui l'empêche de conclure des accords commerciaux, selon ce qu'a exposé Angela Merkel.

En ce qui concerne l'accord politique, Mme May va devoir exposer ses vues lors du sommet européen de Bruxelles jeudi et vendredi, selon la même source. La chancelière a ajouté que cela ne pouvait pas se faire au niveau bilatéral, mais avec tous les Etats membres de l'UE.

Un bon accord

Angela Merkel a réaffirmé que c'était un bon accord et un bon texte qui définit les futures relations du Royaume-Uni avec l'Union européenne.

A Bruxelles, le président du Conseil européen Donald Tusk et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ont répété mardi qu'il n'était «pas envisageable» de renégocier l'accord de retrait. Theresa May devait les rencontrer l'un après l'autre mardi soir à Bruxelles pour tenter de leur arracher de nouvelles concessions.

Avant Berlin à la mi-journée, elle s'était rendue à La Haye pour tenter d'enfoncer un coin dans l'unité affichée par les Européens pendant les 17 mois de négociations.

Lundi, quasiment assurée d'essuyer une humiliante défaite devant la Chambre des Communes sur l'accord, Mme May avait annoncé le report du vote prévu ce mardi, provoquant la colère des députés. Le texte sera présenté au vote des députés britanniques avant le 21 janvier.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!