Merrick Garland, l’homme qui pourrait inculper Trump

Publié

États-UnisMerrick Garland, l’homme qui pourrait inculper Trump

Le ministre américain de la Justice a accepté de valider la perquisition survenue chez l’ancien président Donald Trump. Désormais, il est en son pouvoir de le faire traduire devant un tribunal.

Merrick Garland avait été proposé comme juge à la Cour suprême, mais les républicains avaient refusé de voter en sa faveur.

Merrick Garland avait été proposé comme juge à la Cour suprême, mais les républicains avaient refusé de voter en sa faveur.

Getty Images via AFP

Merrick Garland, le ministre américain de la Justice, siégerait aujourd’hui à la Cour suprême si les sénateurs républicains ne l’en avaient pas empêché. Mais il se trouve face à une décision tout aussi lourde que celles qu’il aurait prises à la haute cour: poursuivre un ancien président des États-Unis.

Cet ancien juge de 69 ans a personnellement approuvé la perquisition spectaculaire du FBI le 8 août au domicile de Donald Trump en Floride, et c’est à lui de décider s’il doit être inculpé. Cela serait sans précédent pour un ancien locataire de la Maison Blanche: Richard Nixon avait été gracié par son successeur Gerald Ford avant qu’une inculpation ne soit décidée dans le scandale du Watergate.

Et si Richard Nixon n’avait plus d’influence – il avait démissionné pour éviter une destitution quasi-certaine -, ce n’est pas le cas de Donald Trump, dont l’emprise sur le parti républicain est telle qu’il envisage de briguer un nouveau mandat en 2024.

Des documents confidentiels

Si la perquisition de sa résidence Mar-a-Lago semble liée à la présence de documents confidentiels, Donald Trump est aussi visé par des enquêtes sur ses efforts pour renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020 et sur son rôle dans l’assaut de ses partisans contre le Capitole le 6 janvier 2021.

Le milliardaire américain n’a jusqu’ici été poursuivi dans aucune de ces affaires, mais la commission d’enquête parlementaire sur l’attaque du Capitole a donné des pistes que Merrick Garland pourrait suivre. Reste à savoir s’il va le faire.

À elle seule, la perquisition de Mar-a-Lago a provoqué une tempête politique. Dans un pays si profondément divisé, une inculpation pourrait jeter de l’huile sur le feu. «D’un côté, Merrick Garland doit forcément penser à sa mission, qui est de faire respecter la loi», explique Steven Schwinn, professeur de droit à l’Université de l’Illinois Chicago. «D’un autre côté, il sait bien que toute poursuite criminelle contre Donald Trump va enhardir ses soutiens, et qu’il y a déjà eu des violences contre des agents fédéraux.»

«Sans peur ni complaisance»

Donald Trump et ses alliés républicains ont déjà accusé Merrick Garland, qui a été nommé par le président démocrate Joe Biden, d’«instrumentaliser» le ministère de la Justice à des fins politiques. «Jamais rien de comparable n’est arrivé à un ancien président des États-Unis», s’est insurgé l’ex-magnat de l’immobilier, se disant victime d’une «chasse aux sorcières».

Dans les rangs démocrates, certains ont au contraire reproché à Merrick Garland de tarder à inculper un ancien président qui, selon eux, devrait être derrière les barreaux pour avoir fomenté une insurrection. Diplômé de Harvard, le discret ministre de la Justice est familier des affaires très médiatisées.

Choisi pour siéger à la Cour suprême

Merrick Garland avait dirigé l’enquête sur l’attentat d’extrême droite contre les bureaux du FBI à Oklahoma City, qui avait fait 168 morts en 1995. Il avait aussi traduit en justice Ted Kaczynski, un militant écologiste surnommé «Unabomber», qui envoyait des colis piégés à des universitaires et des compagnies aériennes.

En mars 2016, Barack Obama l’avait choisi pour siéger à la Cour suprême, mais les républicains, qui contrôlaient alors le Sénat, avaient refusé de voter sur sa nomination jusqu’à la fin du mandat du président démocrate. Donald Trump avait ainsi pu nommer le juge conservateur Neil Gorsuch.

Sorti de sa réserve

Très soucieux du respect des règles, Merrick Garland s’efforce de ne pas commenter les enquêtes en cours du ministère de la Justice. Mais il a été forcé de sortir de sa réserve après la fureur provoquée par la perquisition de Mar-a-Lago.

Reconnaissant un «intérêt public important», à trois mois des élections législatives de mi-mandat, il a souligné que cette décision n’avait pas été prise «à la légère» et que «la loi s’applique à tous équitablement, sans peur ni complaisance».

(AFP)

Ton opinion

65 commentaires