Israël - Merveilles archéologiques souterraines dévoilées à Jérusalem
Publié

IsraëlMerveilles archéologiques souterraines dévoilées à Jérusalem

Dans la vieille ville de Jérusalem, même le sous-sol regorge de trésors archéologiques. Jeudi, de nouvelles constructions datant d’il y a 2000 ans ont été présentées.

Le hall luxueux du temple comprend une fontaine sophistiquée et était probablement utilisé pour des banquets.

Le hall luxueux du temple comprend une fontaine sophistiquée et était probablement utilisé pour des banquets.

AFP

Des archéologues israéliens ont dévoilé, jeudi, de nouvelles constructions souterraines datant de la période du Second Temple juif, situées dans la vieille ville de Jérusalem et utilisées il y a plus de 2000 ans par les élites de l’époque.

Le hall luxueux, dont certaines parties avaient déjà été révélées par l’Autorité israélienne des antiquités (AIA), comprend une fontaine sophistiquée et était probablement utilisé pour des banquets et autres rassemblements de l’élite locale, ou pour recevoir des dignitaires étrangers à quelques pas du temple.

Mur des Lamentations, vestige unique

«C’est un bâtiment vraiment magnifique, l’un des bâtiments publics les plus splendides que nous connaissions datant de la période du Second Temple», a expliqué Shlomit Weksler-Bdolah, archéologue à l’AIA. Le second temple juif a été construit au VIe siècle avant J.-C. et a été détruit par les Romains, en 70 après J.-C.

Le mur des Lamentations est le seul vestige d’un mur de soutènement. Au-dessus du mur, s’étend le «mont du temple», site le plus sacré du judaïsme, appelé «noble sanctuaire» par les musulmans, pour qui c’est le troisième lieu saint et où se trouve notamment la mosquée Al-Aqsa. Le lieu se trouve à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé et annexé par Israël.

Jusqu’au VIIe siècle?

À l’époque du temple, la salle du banquet en partie dévoilée jeudi était divisée en plusieurs segments, et des «bains rituels très très impressionnants» y étaient creusés, a indiqué Shlomit Weksler-Bdolah, précisant qu’il était encore difficile de comprendre la chronologie et les motivations de la construction.

D’après les excavations, le site n’était plus en usage au VIIe siècle, date à laquelle a commencé la période musulmane. À partir de cette période, les habitants de Jérusalem vivaient au niveau de la rue, quelques mètres au-dessus du hall souterrain.

Laisser sa marque

Les pièces nouvellement découvertes, caractérisées par leur sophistication, montrent combien les souverains de Jérusalem avaient à coeur de laisser leur marque dans la ville, surtout dans le secteur à proximité du «mont du temple», selon Shlomit Weksler-Bdolah.

D’une certaine façon, il est possible, d’après l’archéologue, de comparer ces constructions à la Jérusalem moderne. «Tous ceux qui la gouvernent doivent y mettre un drapeau, créer un nouveau projet, faire quelque chose. Si vous ne le faites pas, vous n’existez pas», a-t-elle affirmé.

Le hall fait partie des tunnels adjacents au mur des Lamentations. En 1996, l’ouverture au public de ces tunnels avait déclenché des affrontements violents entre les forces de sécurité israéliennes et des Palestiniens, qui avaient coûté la vie à plus de 80 personnes. Les Palestiniens avaient affirmé que ces tunnels menaçaient les fondations du complexe voisin de la mosquée al-Aqsa.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires