Baldwin: «Mes enfants pleurent dans l’auto, s’il vous plaît cessez de nous suivre»
Publié

Manchester – États-Unis«Mes enfants pleurent dans l’auto, s’il vous plaît cessez de nous suivre»

Traqué dans le Vermont, Alec Baldwin s’est brièvement exprimé sur le drame qui a conduit à la mort de Halyna Hutchins lors du tournage d’un western. «C’était mon amie».

par
JChC
Alec Baldwin, accompagné de sa femme Hilaria, s’adresse aux paparazzis. Ambiance tendue. 

Alec Baldwin, accompagné de sa femme Hilaria, s’adresse aux paparazzis. Ambiance tendue.

Capture d’écran/dr

Traqué sur les routes du Vermont, à proximité du domicile dans lequel l’acteur a trouvé refuge, Alec Baldwin a choisi samedi de faire un bref arrêt au bord de la route pour calmer les ardeurs de la meute de paparazzis à ses trousses.

Alec Baldwin a, dans une ambiance tendue, fait ses premiers commentaires filmés au sujet de la tragédie survenue sur le tournage de «Rust», au cours de laquelle un pistolet tenu par l’acteur et producteur s’est accidentellement déclenché, tuant la directrice de la photographie Halyna Hutchins.

Hilaria, smartphone en main

Tout en tentant de calmer sa femme Hilaria, qui filmait à l’aide de son smartphone la horde de photographes et de journalistes, l’acteur a déclaré qu’il allait jouer le jeu mais qu’il n’était pas en mesure de donner quelques détails que ce soit du fait de l’enquête en cours. Alec Baldwin s’est borné à évoquer la victime du drame: «C’était mon amie», a-t-il indiqué. Le jour où je suis arrivé à Santa Fe et que j’ai commencé à tourner, je l’ai emmenée dîner avec Joel [Souza, le réalisateur]. Nous étions une équipe très bien huilée […] et puis cet événement horrible est arrivé».

Alec Baldwin: «J’ai eu la courtoisie de m’arrêter pour vous dire ce que je pouvais…»

Alec Baldwin: «J’ai eu la courtoisie de m’arrêter pour vous dire ce que je pouvais…»

Capture d’écran/dr

Il a précisé qu’il ne s’attendait pas à ce que le tournage du film reprenne et a ensuite abordé le mouvement croissant pour que l’industrie repense son utilisation des armes à feu dans la production cinématographique et télévisuelle. Il a enfin lancé un vibrant plaidoyer pour qu’on le laisse tranquille dans ces circonstances difficiles: «Mes enfants pleurent dans l’auto. J’ai eu la courtoisie de m’arrêter pour vous dire ce que je pouvais, s’il vous plaît cessez de nous suivre».

«Rentrez chez vous», a renchéri sa femme.

Votre opinion