Publié

Santé«Mes seins me tuent à petit feu»

Elizabeth Starr, une ancienne star du X, publie une vidéo où elle souhaite mettre en garde contre les dangers de certains types de chirurgie esthétique.

par
LeMatin.ch

Il y a une quinzaine d'années, alors qu'elle portait déjà un bon bonnet F, Elizabeth Starr se décide pour une nouvelle augmentation mammaire, histoire de booster sa carrière dans le porno. Aujourd'hui parée de son bonnet O, sa vie est en danger car elle a testé une technique inédite à l'époque, mais interdite depuis. «A l'époque, j'avais une famille à nourrir et je savais qu'avec une grosse poitrine, me carrière serait boostée», explique-t-elle. «J'ai été victime d'une expérience et j'en paye le prix. Je suis une véritable bombe à retardement.»

Un type d'opération interdit aujourd'hui

Cette technique expérimentale – inventée par Dr. Gerald W. Johnson - c'est les implants mammaires en polypropylène. Une sorte de «chaîne» dans une matière synthétique qui a pour principe d'absorber des fluides dans le corps, ce qui crée une «poche» qui continuera à se remplir constamment. L'extension des seins est donc continue et ne s'arrête jamais. Technique ayant séduit particulièrement les femmes de l'industrie pornographique, mais ayant été interdite très rapidement aux États-Unis et en Europe pour sa dangerosité.

Pour Elizabeth, les complications se sont alignées. Hormis le fait que sa poitrine est en constante évolution, un de ces seins ayant été infecté, elle a dû subir moult opérations pour que les deux restent au «même niveau».

Actuellement, selon les médecins, seule une double mastectomie pourrait la sauver de son calvaire. Malgré ce fait, Elizabeth visiblement très fragilisée n'arrive pas à s'y résoudre: «Je perdrais mon gagne-pain et je ne peux pas me le permettre, même si je souffre le martyr.» Elle ajoute en conclusion: «Sachez-le, je ne souhaite pas ça à mon pire ennemi. Réfléchissez bien si vous envisagez une augmentation mammaire. Si vous sautez le pas, c'est une décision qui peut diamétralement changer le cours de votre vie.»

Ton opinion