La Tchaux: Mesures anti-Covid: la gérante du shop ne pouvait pas surveiller ses clients

Publié

La TchauxMesures anti-Covid: la gérante du shop ne pouvait pas surveiller ses clients

Condamnée à payer 3000 francs parce que ses clients n’ont pas respecté la distanciation sociale, elle est finalement acquittée.

par
Vincent Donzé
Les clients ont consommé à l’arrière de la station-service Eni de La Chaux-de-Fonds, hors du champ de vision de la gérante.

Les clients ont consommé à l’arrière de la station-service Eni de La Chaux-de-Fonds, hors du champ de vision de la gérante.

Google Street View

Voilà une gérante qui a bien fait de s’opposer à l’amende reçue: selon le média neuchâtelois «Arcinfo», la police neuchâteloise «s’est trompée de cible» en amendant la tenancière de la station-service Eni, à La Chaux-de-Fonds. Prévenue d’infraction aux mesures anti-Covid, elle a été acquittée.

L’amende infligée découlait d’un contrôle effectué en période de semi-confinement, le 23 avril dernier. Une patrouille a alors dénombré 13 clients rassemblés dans le périmètre de la station pour consommer des boissons.

Plan de protection

Les clients ont été dispersés sans être inquiétés. Par contre, la gérante a été accusée de «ne pas avoir mis en œuvre un plan de protection garantissant que le risque de transmission du coronavirus soit réduit».

Devant le Tribunal régional des Montagnes et du Val-de-Ruz, l’avocat de la gérante a signalé que l’arrière de la station n’est pas visible depuis la boutique. «Arcinfo» a rapporté les propos tenus par l’avocat lors d’une audience qui s’est déroulée le 28 octobre dernier: «Ma cliente n’est pas une représentante des forces de l’ordre. Elle ne pouvait pas contraindre ses clients à s’exécuter en leur mettant des amendes. C’était à la police de faire en sorte qu’ils respectent les règles une fois sortis de la boutique».

Une indemnité

Son argument a été entendu par la juge Aline Schmidt Noël: la gérante condamnée à 30 jours-amendes à 100 francs a été acquittée et recevra une indemnité de quelque 1500 francs pour ses frais de justice.

Depuis le 23 avril dernier, plus rien n’a été reproché à la station-service Eni. «Nous faisons régner l’ordre», indique une employée. «C’est devenu plus strict», reprend cette employée. Des affiches ont été apposées, qui interdisent formellement de consommer dans l’enceinte de la station-service. «Elles sont respectées», indiquait une employée mardi soir.

Ton opinion

44 commentaires